Un sauf-conduit pour le putschiste vénézuélien

Caracas — Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé hier à Caracas qu'il allait accorder «dans les prochaines heures» un sauf-conduit à l'ancien patron des patrons et putschiste Pedro Carmona pour qu'il puisse se rendre en Colombie, pays lui ayant accordé l'asile politique dimanche.

«Nous sommes obligés de lui donner un sauf-conduit, ce sont des normes du droit international auxquelles nous devons nous conformer après qu'il eut réussi à pénétrer dans l'ambassade de Colombie» à Caracas, a déclaré Hugo Chavez.


Réfugié depuis jeudi dernier à l'ambassade de Colombie à Caracas, l'auteur du coup d'État manqué du 12 avril 2002 contre le président Chavez se considérait comme «un persécuté politique», selon son avocat, Juan Martin Echeverria.


Le ministère colombien des Affaires étrangères avait annoncé dimanche soir à Bogota l'accord des autorités colombiennes pour donner l'asile diplomatique à Pedro Carmona.


Après son putsch avorté, Pedro Carmona, 60 ans, avait été assigné à résidence le 15 avril dans l'attente de son procès pour rébellion et usurpation de fonction.


Mercredi soir, la Cour d'appel avait décidé de son transfert en prison.


L'épouse de Pedro Carmona avait révélé à Me Echeverria qu'il avait quitté leur domicile de Los Cortijos, dans l'est de Caracas, jeudi matin, pour aller marcher comme il le faisait tous les jours et n'était pas revenu.


Le 11 avril, alors qu'une grève générale illimitée paralysait le pays, de sanglants incidents, marqués par des fusillades et la présence de francs-tireurs non identifiés, avaient opposé manifestants pro et anti-Chavez. Dix-sept personnes avaient été tuées.


Une junte civilo-militaire avait pris prétexte de ces affrontements pour renverser aux premières heures du 12 avril le président Chavez, élu triomphalement en 1998, puis réélu en 2000 pour un mandat de six ans.


Le chef du patronat vénézuélien, à la tête des putschistes, s'était alors autoproclamé président provisoire. Un contre-coup d'État avait permis à Hugo Chavez de reprendre ses fonctions à l'aube du 14 avril.