Famine en vue

Luanda — Des dizaines de milliers d'Angolais risquent de mourir de faim si une aide de toute urgence n'est pas accordée par la communauté internationale à un pays en ruine qui vient tout juste de sortir de 27 ans de guerre civile.

Des missions de l'ONU et de plusieurs organisations humanitaires ont pu se rendre dans des régions inaccessibles depuis plusieurs années à cause de la guerre entre l'armée et la rébellion de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA), qui a pris fin le 4 avril.


Elles y ont découvert une situation catastrophique, évaluant à environ 200 000 le nombre de personnes en état de malnutrition avancée nécessitant une aide urgente pour pouvoir espérer survivre. Ces personnes, évaluées à 600 000 par le gouvernement, étaient prises en tenaille entre les combattants de l'UNITA et de l'armée dans des zones totalement isolées du reste du monde. Ces Angolais faméliques qui sortent au fur et à mesure de la brousse depuis un mois et demi, dont on ne sait combien ils seront exactement, s'ajoutent aux quelque 4,1 millions de personnes déjà répertoriées qui ont fui les zones de guerre avant le cessez-le-feu du 4 avril.