En bref - Moucharraf défend les services de sécurité

Islamabad — Le président pakistanais, Pervez Moucharraf, a démenti hier toute implication de ses services de sécurité dans l'assassinat de Benazir Bhutto et a souligné que l'ancienne première ministre avait été informée de menaces émanant d'islamistes radicaux.

«Au cours des trois derniers mois, il y a eu 19 attentats suicide, la plupart dirigés contre l'armée, contre les services de renseignement, a souligné le dirigeant pakistanais. Que l'armée et les services de renseignement utilisent précisément les gens qui les ont attaqués, c'est une blague.»Moucharraf a réaffirmé que l'activiste Baitullah Mehsud, dirigeant d'al-Qaïda établi à la frontière afghane, avait orchestré la plupart des récents attentats suicide ainsi que le meurtre de Bhutto.

À voir en vidéo