Libéré, Kasparov continue le combat

Moscou — L'opposant russe Garry Kasparov, libéré hier après cinq jours de prison, a promis de poursuivre sa lutte contre un régime tournant selon lui à la «dictature» en Russie.

«Je me sens un devoir de continuer! Le régime entre dans une phase très dangereuse qui tourne à la dictature», a lancé le chef du mouvement L'Autre Russie aux journalistes venus l'attendre devant son domicile moscovite.

La télévision russe, qui passe sous silence les actions de l'opposition, n'a pas évoqué sa sortie de détention, pas plus que son emprisonnement.

«Je ne me laisse pas décourager dans ma détermination à combattre ce régime. Nous entrons dans une nouvelle phase d'opposition», a ajouté l'ancien champion du monde d'échecs, estimant que le pouvoir ira plus loin à la prochaine occasion.

M. Kasparov, candidat déclaré à la présidentielle de mars 2008, a annoncé qu'il engagera des poursuites «contre tous ceux qui ont impudemment violé la Constitution» lors de son arrestation et de sa détention, notamment en lui refusant la présence d'un avocat.

M. Kasparov a été condamné samedi pour avoir marché en direction de la Commission électorale centrale à l'issue d'une manifestation. Seul un rassemblement avait été autorisé, pas une marche dans les rues de Moscou. Il avait déjà été interpellé en avril dans des conditions similaires.

À voir en vidéo