Irak - L'armée américaine abat 49 activistes lors d'un raid

Bagdad — L'armée américaine a annoncé avoir tué 49 activistes à Bagdad lors d'un raid mené hier à Sadr City pour capturer le responsable de plusieurs enlèvements. Selon la police irakienne, le bilan des affrontements dans le grand quartier chiite du nord-est de la capitale est de 13 morts.

D'après des journalistes de Reuters, deux des victimes sont de très jeunes enfants. Sadr City, qui abrite deux millions d'habitants, est le principal fief des miliciens de l'Armée du Mahdi de l'imam radical Moktada al Sadr. Plusieurs panaches de fumée noire s'élevaient au-dessus de Sadr City survolée par des hélicoptères américains, tandis que retentissaient des sirènes et des coups de feu.

Un responsable de l'armée américaine a précisé que la cible du raid était soupçonnée d'avoir participé à l'enlèvement de «membres de la coalition et d'autres étrangers» en novembre 2006 et mai 2007. Il n'a cependant pas précisé si l'homme avait été arrêté.

L'armée américaine affirme que ses hommes ont subi d'intenses tirs de mitrailleuses et de lance-roquettes depuis plusieurs immeubles dès le début de l'opération. Les soldats ont riposté, tuant 33 activistes. Six autres ont péri lors de frappes aériennes.

Alors que les Américains amorçaient leur retrait, ils ont essuyé de nouveaux tirs et une bombe a explosé près de leurs véhicules. Dix autres combattants ont été abattus lors de la riposte américaine.

«Les forces terrestres ont affirmé ne pas avoir remarqué la mort de civils innocents à la suite de l'opération», a déclaré l'armée.

Cercueils et slogans religieux

Selon la police irakienne, 13 civils ont été tués et 69 blessés. Les hôpitaux des environs ont déclaré avoir reçu 12 corps et 65 blessés, parmi lesquels huit femmes et enfants.

À la morgue de l'hôpital de l'imam Ali se trouvaient les corps de deux nourrissons, alors que les médecins tentaient d'aider des personnes âgées et des adolescents blessés.

Plusieurs centaines d'habitants ont défilé dans les rues en portant des cercueils et scandant des slogans religieux.

En mai, trois soldats américains ont été enlevés au sud de Bagdad. L'un d'entre eux a été retrouvé mort peu après, les deux autres sont considérés comme «disparu» et «enlevé». Les enlèvements ont été revendiqués par al-Qaïda.

Le même mois, cinq Britanniques — quatre agents de sécurité privés et un civil — ont été enlevés lors d'une attaque attribuée à l'Armée du Mahdi.

En octobre 2006, un traducteur d'origine irakienne de l'armée américaine a été enlevé alors qu'il rendait visite à sa famille, qui a affirmé que l'Armée du Mahdi l'avait emmené.

À voir en vidéo