Trois soldats britanniques tués par un «tir allié»

Camp Bastion — Trois soldats britanniques de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN ont été tués en Afghanistan, apparemment par une bombe lâchée par un chasseur américain qui venait à leur secours dans des combats les opposant aux talibans.

L'incident s'est produit jeudi soir près de Kajaki dans la province de Helmand, dans le sud de l'Afghanistan, ont indiqué hier des sources officielles en Afghanistan et à Londres.

Dans un bref communiqué publié à Londres, l'ambassade des États-Unis a exprimé «ses sincères condoléances aux familles et aux proches des soldats tués» et souhaité «à ceux qui sont blessés une guérison rapide».

«Trois soldats du 1er bataillon du régiment Royal Anglican ont tragiquement été tués hier [jeudi] dans ce qui semble avoir été un tir ami en Afghanistan», a indiqué le ministère britannique de la Défense, ajoutant que deux autres soldats avaient été blessés.

Selon le ministère, ces soldats participaient à une patrouille de combat destinée à perturber les activités des talibans et à rassurer la population locale dans la province, lorsque l'incident s'est produit vers 18h30, heure locale.

«Leur patrouille a été attaquée par des rebelles talibans, et pendant la violente confrontation qui a suivi, un soutien aérien est venu en appui avec deux avions de combat américains F15 pour repousser l'ennemi», a poursuivi le ministère.

«Une seule bombe a été larguée, et l'explosion a tué les trois soldats qui sont morts sur le coup», a-t-il ajouté, précisant que les soldats blessés avaient été transportés vers l'hôpital de campagne de Camp Bastion.

Camp Bastion est la principale base dans cette zone, l'une des plus touchées du pays par la rébellion des extrémistes islamistes.

Selon une journaliste de l'AFP présente avec les troupes britanniques à Camp Bastion, la majorité des soldats de la zone sont déployés pour protéger un important projet de barrage hydro-électrique à Kajaki, destiné à fournir de l'électricité à 1,8 million d'Afghans.

À l'heure actuelle, seuls 10 % des quelque 30 millions d'Afghans ont de l'électricité.

Les troupes effectuent des patrouilles sur un périmètre d'environ 4 km autour de cette zone, qui avait été le théâtre de violents affrontements en début d'année.

Une enquête a été ouverte, a indiqué le ministère de la Défense britannique.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi hier, l'ISAF a indiqué qu'elle «est déterminée à établir exactement comment s'est produite cette tragédie et comment des incidents similaires peuvent être évités».

L'ISAF, qui a exprimé sa «profonde tristesse pour la mort des trois soldats dans ce qui est probablement un tir ami», ajoute qu'elle «a des procédures en place pour minimiser le risque des tirs amis».

Pour sa part, l'ISAF a souligné que «tous les soldats de l'ISAF continueront à travailler dans des conditions difficiles, dangereuses et risquées, et cela avec le plus grand professionnalisme».

Quelque 7000 militaires britanniques sont actuellement déployés en Afghanistan, pour la plupart dans le Helmand, où les combats contre les talibans sont quotidiens. Ce chiffre devrait passer à 7800 d'ici la fin de l'année, selon le gouvernement.

Les Britanniques ont perdu 73 soldats depuis 2001 dans ce pays.

Ces décès portent à 142 le nombre de soldats étrangers tués en Afghanistan depuis le début de l'année, en grande majorité dans des combats contre les rebelles talibans. Cent quatre-vingt-dix ont été tués en 2006.