Irak: 40 % des soldats américains pour la torture

Washington — Environ 40 % des militaires américains engagés dans des opérations de combats en Irak estiment que la torture devrait être autorisée pour sauver des vies ou obtenir des informations importantes, selon un rapport du Pentagone publié hier.

Respectivement, 41 % des soldats de l'armée de terre et 44 % des marines déployés en Irak sont favorables à l'utilisation de la torture pour sauver la vie d'un autre militaire américain, d'après cette enquête menée entre août et octobre 2006 par une équipe de spécialistes de santé de l'armée américaine. De plus, 36 % des soldats de l'armée de terre et 39 % des marines sont favorables à l'utilisation de la torture pour obtenir des informations importantes concernant les insurgés.

Bien que le rapport ait été achevé en novembre, il n'a été publié qu'hier, sous une forme censurée, après des fuites dans la presse.

Le général Gale Pollock, médecin en chef de l'armée de terre par intérim, a établi une distinction entre ce que pensent les militaires et leurs actes. «Ces hommes et ces femmes ont vu leurs amis blessés et je pense qu'avoir ce genre de pensées est normal», a-t-elle dit lors d'une conférence de presse. «Ils n'agissent pas en fonction de ces pensées. Ils ne torturent pas les gens», a-t-elle affirmé.

D'après l'enquête qui a été menée anonymement auprès de 1300 soldats et 450 marines, seulement 47 % des soldats et 38 % des marines interrogés estiment que les civils irakiens doivent être traités avec dignité et respect.

Environ 10 % des militaires interrogés ont indiqué avoir maltraité des civils irakiens alors que ce n'était pas nécessaire, soit en détruisant leur propriété soit en les frappant. Moins de la moitié ont dit qu'ils signaleraient à leurs supérieurs le comportement non éthique d'un camarade.

Alors qu'ils indiquent avoir reçu une formation en matière d'éthique, près d'un tiers des soldats et des marines ont indiqué avoir rencontré des situations éthiques où ils ne savaient pas quelle était la réponse à donner.