Selon l'OMS - Une femme sur cinq est victime de violence sexuelle avant 15 ans

Genève — Une femme sur cinq est victime de violence sexuelle avant l'âge de 15 ans, a dénoncé hier l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à la veille de la Journée internationale des femmes.

«Une femme sur cinq déclare avoir été abusée sexuellement avant l'âge de 15 ans, ce qui entraîne des conséquences néfastes pour leur santé au cours des années qui suivent», a observé la directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, dans un communiqué.

«La violence exercée par le partenaire intime est la forme de violence la plus répandue dans la vie des femmes, bien plus que les agressions ou les viols commis par des étrangers ou des relations», a-t-elle ajouté, soulignant les conséquences de ces violences sur la santé: en 2006, 74 % des personnes vivant avec le virus du sida en Afrique subsaharienne étaient des jeunes femmes.

La haute-commissaire des Nations unies pour les droits de l'homme, Louise Arbour, a estimé de son côté que «la violence contre les femmes est qualifiée à juste titre de crime le plus courant et le moins sanctionné dans le monde».

Reporters sans frontières s'inquiète pour sa part d'une montée de la violence commise envers les femmes journalistes dans le monde. «L'exemple le plus frappant est celui du récent assassinat d'Anna Politovskaïa, à Moscou. Cette mère de deux enfants a payé de sa vie son combat contre la politique menée par les autorités russes en Tchétchénie», affirme RSF dans un communiqué. «Parmi les 82 journalistes tués en 2006 figuraient neuf femmes, soit

11 %», poursuit l'organisation. La proportion n'avait jamais été aussi importante, signale RSF, qui se console en constatant qu'aucune n'a encore subi ce sort en 2007. Reporters sans frontières mentionne aussi la mort de femmes journalistes en Irak et au Liban. Par ailleurs, sept femmes pratiquant ce métier seraient emprisonnées en ce moment dans le monde.

Le Devoir et l'Agence France-Presse