Moscou ferme un oléoduc pour punir la Biélorussie

La raffinerie de Schwedt, en Allemagne, risque de manquer de pétrole.
Photo: Agence Reuters La raffinerie de Schwedt, en Allemagne, risque de manquer de pétrole.

Accusant la Biélorussie de détourner du pétrole transitant par un important oléoduc, la Russie a interrompu ses exportations de brut vers son voisin, perturbant par ricochet l'approvisionnement de la Pologne et de l'Allemagne.

«Le passage du pétrole par l'oléoduc Droujba est interrompu. Le transit de pétrole russe via le Bélarus vers la Pologne et l'Allemagne, ainsi que l'Ukraine, n'a actuellement pas lieu», a annoncé la première chaîne de télévision bélarusse citant la direction de la compagnie Gomel Transneft Droujba qui gère l'oléoduc.

Le monopole public russe des oléoducs Transneft a expliqué avoir été contraint à une telle mesure, car Minsk pompait illégalement du brut transitant par l'oléoduc Droujba (Amitié).

Cette mesure rappelle le bras de fer qui avait opposé la Russie et l'Ukraine il y a un an, à propos du gaz cette fois. Elle marque aussi une nouvelle escalade dans les tensions entre la Russie et la Biélorussie, pourtant l'un de ses plus fidèles alliés, chacun des deux pays ayant récemment imposé des sanctions pétrolières à l'autre.

L'Union européenne a exigé une explication «urgente et détaillée», a annoncé un porte-parole du commissaire à l'Énergie Andris Piebalgs. L'Europe est très dépendante de la Russie pour son approvisionnement en pétrole et en gaz, et donc très vulnérable à toute perturbation des livraisons.

«La partie biélorusse a commencé a ponctionner du pétrole en transit à titre de paiement de la nouvelle taxe qu'elle a illégalement imposée», a déclaré Sergueï Grigoriev, le président de Transneft. «Nous avons en conséquence réduit les approvisionnements à hauteur des volumes ponctionnés. Nous avons ensuite atteint le stade où nous avons dû interrompre complètement les approvisionnements.»

L'alliance politique entre la Russie et la Biélorussie, censée aboutir à la création d'une monnaie unique en préalable à une union politique, a été fortement mise à mal par la décision de Moscou d'imposer des droits de douane sur les exportations de pétrole vers la Biélorussie, d'imposer également un doublement du tarif du gaz russe vendu à Minsk et d'interdire les importations de sucre biélorusse.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, souvent présenté par les États-Unis comme le dernier dictateur d'Europe, a riposté en imposant une taxe de transit de 45 dollars par tonne sur le pétrole russe traversant la Biélorussie.

Le ministre délégué russe de l'Économie Andreï Charonov a déclaré ne pas croire en une détente. «Il semble que nous nous dirigions vers une guerre commerciale», a-t-il dit à la radio Écho de Moscou. Il a exclu l'ouverture de négociations avec la Biélorussie tant que celle-ci n'aurait pas renoncé sa taxe sur le pétrole.

La Pologne, alimentée par la branche nord de l'oléoduc Droujba, a fait état d'une interruption des livraisons dans la nuit. L'Allemagne a ensuite confirmé que plusieurs raffineries situées dans l'ex-RDA n'étaient plus alimentées.

L'oléoduc Droujba se scinde en deux branches sur le sol biélorusse. Les pays desservis par sa branche sud, parmi lesquels la Hongrie et la Slovaquie, ont dit s'attendre à ce que leurs approvisionnements soient interrompus à leur tour.

Celui-ci, construit dans les années 1960 pour assurer l'approvisionnement en pétrole des pays satellites de l'URSS d'alors, transporte habituellement environ 1,8 million de barils par jour et assure un cinquième des importations de brut allemandes.

Le ministre allemand de l'Économie, Michael Glos, a dit s'attendre à une reprise rapide de l'activité de l'oléoduc. Mais le gouvernement polonais s'est montré moins optimiste: le ministre délégué à l'Économie, Piotr Naïmski, a déclaré n'avoir observé aucun signe, ni en Russie ni en Biélorussie, allant dans le sens d'une reprise des livraisons de Droujba.

Varsovie a souligné que la Pologne disposait de 80 jours de réserves pétrolières. Total a assuré de son côté que la raffinerie de Leuna disposait de réserves abondantes.