Nicaragua - Daniel Ortega est déclaré élu

Managua — Le sandiniste Daniel Ortega a été élu président du Nicaragua dès le premier tour de l'élection présidentielle de dimanche, selon les résultats officiels communiqués par le Conseil suprême électoral (CSE) sur la base de 91,48 % des bureaux de vote.

Le candidat de l'Alliance libérale nicaraguayenne (ALN, droite), le banquier Eduardo Montealegre, a reconnu la victoire de Daniel Ortega.

Ortega totalise 38,07 % des voix, alors que Montealegre ne rassemble que 29 % des suffrages.

Ortega, «bête noire» des États-Unis et ami du Venezuela, retrouvera dans quelques semaines le fauteuil présidentiel qu'il avait quitté en 1990, après 11 ans passés à la tête du Nicaragua.

José Rizo, du Parti libéral constitutionnaliste (PLC, droite), arrive en troisième position avec 26,21 % des voix, devant Edmundo Jarquin, du Mouvement de rénovation sandiniste (MRS), qui a récolté 6,44 % des voix, et Eden Pastora, de l'Alliance pour le changement (AC), avec 0,27 %.

La victoire au premier tour était vitale pour Ortega, car il bénéficiait de la division de la droite, qui aurait probablement gagné au second tour grâce au report des voix vers le candidat conservateur le mieux placé. Le leader sandiniste devait obtenir au moins 35 % des voix et cinq points d'avance sur le deuxième.

Durant sa campagne électorale, Daniel Ortega avait demandé aux Nicaraguayens de lui donner l'occasion de présider le pays en temps de paix. Il a été président de 1979 à 1990, pendant la guerre civile entre le gouvernement sandiniste et la Contra, mouvement de guérilla soutenu par Washington.

Après avoir renversé le dictateur Anastasio Somoza en 1979, Daniel Ortega a dirigé le Nicaragua jusqu'en 1990. Battu lors de l'élection de 1990, il a perdu par la suite deux scrutins face à des candidats de droite.

Les observateurs internationaux déployés au Nicaragua ont considéré que le scrutin s'était déroulé dans de bonnes conditions.