En bref: Côte-d'Ivoire, la médiation donne des résultats

Les médiateurs de la Cedeao ont annoncé hier la tenue, cette semaine à Lomé, de pourparlers entre gouvernement et rebelles ivoiriens pour faire cesser un conflit vieux de six semaines qui risque d'embraser la sous-région.

Cette crainte a été relancée par Abidjan, qui a accusé le voisin burkinabè de masser des troupes à la frontière et d'aider les insurgés, qui contrôlent la moitié nord du pays depuis le 16 septembre. Samedi, les pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest ont convenu de dépêcher en Côte-d'Ivoire une force d'interposition de 2.000 hommes censée prendre le relais des troupes françaises du dispositif «Licorne». Le cessez-le-feu signé la semaine passée entre les rebelles du MPCI et le gouvernement du président Laurent Gbagbo semble tenir mais il «gèle» de facto la division du pays entre un Nord musulman tenu par les insurgés et le Sud chrétien et animiste, aux mains du pouvoir en place à Abidjan. Selon des médiateurs, les délégations des deux camps devraient arriver aujourd'hui dans la capitale togolaise mais les pourparlers ne commenceront probablement pas tout de suite. «Les discussions devraient s'ouvrir dans le courant de la semaine», a indiqué le secrétaire exécutif de la Cedeao, Mohamed ibn Chambas.