Sommet de l'APEC à Los Cabos - Tous unis contre le terrorisme

Le premier ministre Jean Chrétien et le président chinois Jiang Zemin: il faut «attaquer de front» le terrorisme.
Photo: Agence Reuters Le premier ministre Jean Chrétien et le président chinois Jiang Zemin: il faut «attaquer de front» le terrorisme.

Los Cabos — Les dirigeants des 21 pays de l'APEC, dont fait partie le Canada, se sont engagés hier à «attaquer de front» le terrorisme international et ont demandé à la Corée du Nord d'abandonner son programme d'armement nucléaire.

Dans leur déclaration finale à leur sommet lue en anglais par leur hôte, le président mexicain Vicente Fox, les dirigeants du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC), réunis pendant deux jours à Los Cabos (Basse-Californie, Mexique), ont affirmé que le «terrorisme représente une grave menace» aux conceptions de l'APEC «d'un monde libre, ouvert et prospère pour leurs économies».

«Nous condamnons dans les termes les plus vifs les récentes attaques terroristes dans la région de l'APEC, et réaffirmons notre détermination à encourager la coopération pour contrer et répondre au terrorisme», déclarent-ils.

Ils ont également réclamé à la Corée du Nord l'abandon de son programme d'armement nucléaire, dans une brève déclaration séparée. «Une péninsule coréenne libre d'armes nucléaires est importante pour la paix et la stabilité de la péninsule coréenne et de l'Asie du Nord-Est», indique la déclaration.

Le président américain George W. Bush a de son côté profité de la grand-messe annuelle du sommet pour accentuer sa croisade contre l'Irak — qui n'est pas mentionné dans la déclaration finale —, martelant qu'il était fin prêt à l'épreuve de force avec l'Irak «si Saddam ne désarmait pas».

Les dirigeants de l'APEC ont par ailleurs invité tous les pays membres à poursuivre les négociations engagées à l'occasion de la nouvelle série de négociations multilatérales à Doha (Qatar) et à faire en sorte qu'elles aboutissent d'ici à la date limite du 1er janvier 2005.

Ils soulignent notamment que «l'un des objectifs de ces négociations doit être l'abolition de toutes les formes de subventions à l'exportation dans le secteur agricole, et de toutes les restrictions et interdictions aux exportations injustifiables».

«Les incertitudes sur la force et le rythme de l'expansion demeurent. Dans ce contexte, il est crucial de renforcer la solidité et l'efficacité des systèmes financiers», estiment-ils dans leur déclaration.

Créé en 1989, l'APEC comprend l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, Hong Kong, l'Indonésie, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Pérou, la Russie, Singapour, Taïwan, la Thaïlande et le Vietnam.