Washington vilipende les «terroristes tchétchènes»

Washington - Les États-Unis ont apporté hier leur soutien au président russe Vladimir Poutine en accusant les auteurs de la prise d'otages de Moscou d'être des «terroristes tchétchènes», laissant entendre qu'ils pourraient avoir des liens avec le «terrorisme international».

Le département d'État américain a souligné que cette opération relève du terrorisme pur et simple, lui déniant toute forme de légitimité politique, un langage dur qui devrait satisfaire le Kremlin, allié des États-Unis dans la lutte contre le réseau al-Qaïda d'Oussama ben Laden et ses ramifications.

«Nous sommes profondément préoccupés par la sécurité des otages que les terroristes tchétchènes continuent de détenir dans un théâtre de Moscou», a déclaré le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères américain, Philip Reeker. Cette prise d'otages est «clairement un acte terroriste» qui ne peut avoir «aucune justification, quelle que soit la cause», a-t-il ajouté.

«Il apparaît que les preneurs d'otages sont dirigés par un combattant tchétchène lié à l'aile extrémiste du mouvement séparatiste, dont certains membres sont connus pour avoir des liens avec des organisations terroristes internationales», a-t-il dit en faisant référence au chef du groupe, Movsar Baraïev.

Il a toutefois indiqué que Washington «n'a aucune indication sur un lien direct» entre l'opération de Moscou et le groupe d'Oussama ben Laden. Il a aussi reconnu que les renseignements sur les auteurs de la prise d'otages sont jusqu'à présent «fragmentaires».

Washington a toutefois évité de placer la cause tchétchène dans son ensemble sous le signe du terrorisme, comme le font les «faucons» à Moscou.

«Nous reconnaissons que le peuple tchétchène a des griefs et des inquiétudes légitimes, a déclaré M. Reeker, mais s'engager dans des actes terroristes pour faire valoir des objectifs politiques légitimes ne fait que discréditer la cause tchétchène et gêne, voire fait reculer une solution politique du conflit.

«Nous en appelons aux responsables tchétchènes modérés pour qu'ils coupent tout contact avec les groupes terroristes internationaux», a-t-il ajouté.

À Moscou, le ministère de l'Intérieur russe a indiqué que les États-Unis avaient proposé de dépêcher en Russie des spécialistes de la lutte antiterroriste pour contribuer à résoudre la crise. L'ambassadeur américain en Russie, Alexander Vershbow, avait déjà indiqué jeudi que le FBI collaborait avec les services spéciaux russes, le FSB.

Le président américain George W. Bush a appelé jeudi au téléphone son homologue russe pour lui exprimer sa «solidarité avec le peuple russe et avec le gouvernement russe» face à cette action «terroriste».