Socialistes français -Lionel Jospin jette l'éponge

Paris — L'ex-premier ministre français Lionel Jospin, qui espérait représenter les socialistes à la prochaine présidentielle pour effacer son cinglant échec de 2002, a jeté l'éponge hier après avoir tenté en vain de barrer la route à Ségolène Royal, plus que jamais favorite à gauche.

Les partisans de Mme Royal ont immédiatement affirmé que le retrait de Lionel Jospin allait encore faciliter le chemin vers la désignation de leur championne par les militants socialistes. «C'est un pas décisif vers le rassemblement des socialistes», a déclaré Arnaud Montebourg, un de ses porte-parole.

Les candidats à l'investiture du Parti socialiste (PS) pour l'élection présidentielle de 2007 doivent officiellement se faire connaître du 30 septembre au 3 octobre. Les militants voteront le 16 novembre.

Outre Mme Royal, restent théoriquement en lice pour l'investiture socialiste l'ancien premier ministre Laurent Fabius, l'ex-ministre de l'Economie Dominique Strauss-Kahn et l'ancien ministre de la Culture Jack Lang.

Lionel Jospin, 69 ans, a lui décidé de ne pas se présenter, tirant les conséquences de sa tentative ratée de come-back au sein du PS. «Faute de pouvoir rassembler, je ne veux pas diviser», a-t-il expliqué hier. Il a exclu de soutenir Ségolène Royal, que ce protestant parfois jugé austère, ancien militant trotskiste, a accusé de «futilité» et de «démagogie», sans se déterminer pour un autre prétendant. Il s'est aussi élevé dans une lettre aux militants socialistes contre «la force des pressions exercées sur le parti et dans le parti au nom de l'opinion», en référence aux multiples sondages favorables à Mme Royal.