Pas plus de répit en Afghanistan

Kandahar — La fin de l'été amène souvent plus de calme en Afghanistan, mais le début du Ramadan — un mois sacré dans la religion musulmane — combiné à un désir de vengeance des talibans pourraient vouloir dire une recrudescence de violence pour les soldats canadiens.

Au printemps dernier, les autorités militaires avaient prédit une montée de la violence alors que les températures montaient et que la saison traditionnelle des combats en Afghanistan s'amenait. Vingt des 37 décès canadiens sont survenus au cours de l'été 2006, dont neuf en septembre — auquel il reste toujours quelques jours — de loin le mois le plus meurtrier depuis le début de la mission canadienne en Afghanistan, commencée en 2002.

Avec l'été qui tire à sa fin, plusieurs Afghans prédisent une réduction de la violence, mais pas les autorités canadiennes, surtout après le succès de la Opération Méduse. Le début du Ramadan ajoute un autre ingrédient explosif à cette recette. Des porte-parole du mouvement taliban ont menacé de profiter du Ramadan pour lancer des milliers d'attaques suicides sur Kandahar, des menaces qu'ils ont faites à de nombreuses occasions auparavant.