En bref - Violence plus meurtrière que jamais en Irak

Bagdad — Les forces irakiennes ont pris hier la relève du contingent italien dans une province du Sud, au moment où un rapport de l'ONU montre que les actes de violence n'ont jamais été aussi meurtriers dans le pays.

Selon ce rapport, 6599 Irakiens ont péri de mort violente au cours des deux mois écoulés, soit 700 de plus que pendant les deux mois précédents. Jamais depuis l'invasion américaine de mars 2003 la violence quotidienne n'avait été aussi meurtrière en Irak. Le rapport de l'ONU insiste également sur le fait que nombre de cadavres portent des marques de torture et il souligne l'implication d'escadrons de la mort d'obédience religieuse. Ces corps «présentent des traces de coups portés avec des câbles électriques, des blessures à divers endroits, notamment à la tête et aux parties génitales, des fractures des jambes et des mains, des brûlures infligées par des décharges d'électricité ou avec des cigarettes», peut-on lire. Si le mois d'août a coïncidé avec une légère accalmie — permettant à Washington d'y voir l'effet de l'importante opération de sécurisation lancée à Bagdad — septembre a été marqué par une nouvelle flambée de violence, d'attentats et d'assassinats à caractère religieux. L'état-major américain, qui concentre ses efforts et ses moyens sur Bagdad, s'attend à ce que la situation se dégrade encore la semaine prochaine, avec le début du ramadan, le mois de jeûne de la religion musulmane.