Pyongyang lance plusieurs missiles

Malgré les mises en garde des États-Unis et du Japon, la Corée du Nord a lancé cinq missiles hier, dont un missile longue-portée de type Taepodong-2, qui serait capable d'atteindre les États-Unis, a déclaré le gouvernement américain.

Selon les services de renseignements sud-coréens, tous les missiles se seraient échoués dans la mer du Japon. Les services de renseignement sud-coréens ont précisé que des missiles de courte, moyenne et longue portée avaient été lancés, sans donner de chiffres précis.

«Nous considérons ce comportement comme une provocation», a déclaré le conseiller américain à la Sécurité nationale Stephen Hadley. «La Corée du Nord s'est encore isolée» de la communauté internationale, a pour sa part commenté le porte-parole de la Maison Blanche, Tony Snow, qui parlé de «provocation». Le président américain George W. Bush consultait la Secrétaire d'État Condoleezza Rice et le Secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld.

«Nous allons consulter d'urgence les membres du Conseil de sécurité des Nations unies», a déclaré l'ambassadeur américain à l'ONU, John Bolton.

Le Japon condamne

Le directeur adjoint de la mission nord-coréenne auprès des Nations unies a toutefois réitéré l'invitation lancée au négociateur américain Christopher Hill, chargé de négocier sur la question du nucléaire.

Han Song Ryol a également déclaré que la Corée du Nord refuserait de prendre par à des discussions sur le nucléaire tant que les États-Unis ne lèveraient pas les sanctions financières qui touchent son pays.

Le Premier ministre australien John Howard a quant à lui condamné cet acte «extrêmement provocant».

Le Japon a annoncé aujourd'huiqu'il y avait «une très forte possibilité» qu'il prenne des sanctions économiques contre la Corée du Nord et a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU pour discuter des lancements de missiles opérés par la Corée du Nord dans la nuit.

Le ministre japonais des Affaires étrangères Taro Aso a déclaré que le Japon allait coordonner une réaction avec les États-Unis et d'autres pays. Il a ajouté qu'il allait s'entretenir du sujet avec la Secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

Par ailleurs, le ministre japonais de la Défense a annoncé que le Japon relevait le niveau d'alerte militaire en réaction aux tests de missiles nord-coréens. Il ajouté que des navires japonais recherchaient les missiles, échoués dans la mer du Japon.

Violation du moratoire

Les États-Unis ont vérifié que l'un des engins tirés hier par la Corée du Nord était un missile à longue portée Taepodong-2 et aussitôt entamé des consultations diplomatiques intenses, a-t-on précisé au département d'État.

«Nous avons vérifié que le tir d'essai d'un missile à longue portée avait bien eu lieu», a déclaré un responsable du département d'État ayant requis l'anonymat, précisant qu'il s'agissait bien d'un missile de type Taepodong-2. «Il est évident qu'il s'agit d'une violation du moratoire de 1999», a précisé ce responsable, faisant allusion au moratoire sur les missiles à longue portée annoncé unilatéralement par Pyongyang en 1999 et réaffirmé à deux reprises, en 2002 et 2004.