Nucléaire iranien - Les Occidentaux relancent leurs efforts pour obtenir des sanctions

Vienne — Les Occidentaux relanceront leurs efforts pour obtenir des sanctions contre l'Iran au Conseil de sécurité de l'ONU si Téhéran ne suspend pas son programme d'enrichissement d'uranium d'ici au 12 juillet, ont annoncé hier des diplomates proches du dossier sous couvert de l'anonymat.

Lors d'une réunion cruciale à Bruxelles demain, le chef de la diplomatie européenne Javier Solana devrait presser le négociateur iranien Ali Larijani d'accepter la suspension de l'enrichissement et l'ouverture de négociations sur un ensemble de mesures incitatives présenté par les Six.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies — France, Grande-Bretagne, États-Unis, Russie et Chine — plus l'Allemagne, ont proposé une offre de coopération nucléaire civile, économique et politique à Téhéran en échange d'un gel de son programme d'enrichissement. Des diplomates proches du dossier ont précisé que la Russie et la Chine étaient plus proches que jamais de la position occidentale favorable à une action du Conseil de sécurité en cas de rejet de l'offre par Téhéran.