Israël frappe le Hamas, qui résiste

Vive discussion autour du cadavre d’un militant palestinien à Naplouse, en Cisjordanie.
Photo: Agence Reuters Vive discussion autour du cadavre d’un militant palestinien à Naplouse, en Cisjordanie.

Gaza — Le Hamas, cible principale d'une offensive israélienne en cours, a promis hier de tenir bon face à la pression exercée par Israël qui a poursuivi ses frappes aériennes contre la bande de Gaza.

Cependant, des troupes et des blindés israéliens massés face au secteur nord de la bande de Gaza ont reçu pour l'heure ordre de ne pas intervenir afin de donner le temps à une médiation égyptienne visant à libérer Gilad Shalit, un soldat capturé dimanche.

Selon la télévision israélienne, le soldat est vivant et a reçu la visite d'un médecin palestinien qui a soigné ses blessures.

Les Israéliens «peuvent assassiner des dirigeants, arrêter des ministres et des députés, mais notre drapeau ne tombera pas», a proclamé le premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh lors d'un prêche dans une mosquée de Gaza.

«Nous poursuivons nos efforts et nos communications avec les Égyptiens, avec le président [palestinien Mahmoud Abbas] et d'autres parties pour mettre fin à cette affaire, mais l'escalade israélienne dresse des obstacles», a cependant affirmé M. Haniyeh dans une conférence de presse.

Sur le terrain, l'aviation israélienne a mené dans la nuit de jeudi à hier plus d'une trentaine de raids contre la bande de Gaza, visant notamment le ministère de l'Intérieur palestinien sans faire de victime. Le bâtiment a pris feu.

Un combattant du Jihad islamique, blessé lors d'un de ces raids à Rafah (sud) est décédé hier.

Un nouveau raid a fait trois blessés palestiniens hier après-midi. Il visait un véhicule transportant des membres du Jihad islamique qui s'éapprêtaient à lancer une attaque à la roquette contre Israël.

Baptisée «Pluies d'été», l'offensive israélienne censée délivrer le soldat capturé lors d'une attaque palestinienne dimanche, prend de plus en plus la forme d'une campagne systématique contre le Hamas. Arrivé au pouvoir en janvier, le Hamas prône la lutte armée contre Israël et refuse toute reconnaissance de ce pays.

L'attaque menée dimanche contre un poste militaire israélien à la lisière de la bande de Gaza a fait deux morts parmi les soldats israéliens et deux parmi les assaillants palestiniens. Elle a été revendiquée par trois groupes dont la branche armée du Hamas.

«Si le caporal Gilad Shalit est assassiné par ses ravisseurs, ce sera la fin du gouvernement Hamas», a averti un haut responsable israélien de la Défense.

Israël a annulé hier le statut de résident à Jérusalem-est d'un ministre et trois députés membres du Hamas, au lendemain de l'arrestation de 64 responsables du mouvement, dont des ministres et des parlementaires.

À Washington, le département d'État a affirmé que «la détention de parlementaires soulevait certaines inquiétudes», alors que la secrétaire d'État Condoleezza Rice s'est entretenue au téléphone avec son homologue israélienne Tzipi Livni.

Au Caire, des milliers de fidèles ont protesté contre l'offensive israélienne, à l'issue de la prière à la mosquée d'Al-Azhar.

Entre-temps, un correspondant militaire de la télévision israélienne a fait état d'un scénario de sortie de crise selon lequel le Hamas libèrerait le soldat et s'engagerait publiquement à cesser les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël.

En échange, Israël retirerait ses forces de la bande de Gaza, libèrerait les responsables du Hamas arrêtés jeudi et s'engagerait à ne pas mener des raids ciblés contre des membres du Hamas.

L'Union européenne a apporté son plein soutien au président Mahmoud Abbas affirmant qu'il faisait preuve de «détermination» pour trouver une issue positive à la crise. «Nous espérons que les développements dans les heures et les jours prochains permettront de lever le siège» de la bande de Gaza, a déclaré l'envoyé spécial de l'UE au Proche-Orient, Marc Otte, après une rencontre avec M. Abbas.

En Cisjordanie, un activiste palestinien a été tué par l'armée israélienne qui procédait à des arrestations à Naplouse.