Costa Rica - Arias et Solis sont nez à nez

San José — Le décompte des voix de l'élection présidentielle au Costa Rica continuait hier pour départager l'ex-président (1986-1990) et prix Nobel de la paix Oscar Arias et l'économiste de centre-gauche Otton Solis, pratiquement à égalité après un dépouillement partiel des suffrages.

Fait sans précédent dans le pays, après le décompte de 86,3 % des bureaux de vote, Oscar Arias devançait Otton Solis de seulement 0,3 %, soit moins de 5000 voix, avec 40,5 % des suffrages contre 40,2 % à Solis, selon les chiffres du Tribunal suprême des élections.

Ces résultats contredisent tous les sondages diffusés au cours de la campagne électorale, qui donnaient Oscar Arias vainqueur dès le premier tour avec 10 à 20 points d'avance sur M. Solis.

Un candidat doit rassembler 40 % des voix pour être élu au premier tour. Si deux candidats dépassent ce seuil, celui qui rassemble le plus de votes est déclaré élu. Si aucun candidat n'atteint 40 % des voix, un deuxième tour est organisé.

Dimanche, les 2,5 millions de Costariciens étaient également appelés à élire deux vice-présidents, leurs députés et responsables municipaux. Au Congrès, le Parti libération national d'Oscar Arias obtient 25 des 56 sièges, contre 17 ou 18 pour le Parti action citoyenne (PAC) d'Otton Solis.

Le Parti unité sociale chrétienne (droite) s'effondre et ne recueille que 3,5 % des voix pour son candidat présidentiel et quatre sièges de députés. Le PUSC a perdu toute crédibilité après que deux ex-présidents issus de ses rangs eurent été emprisonnés pour corruption.