Les confessions de Depardieu

Gérard Depardieu, le héros des Valseuses, lira Les Confessions de saint Augustin à la basilique Notre-Dame de Montréal mercredi prochain. L'événement exceptionnel est placé sous le haut patronage de son éminence le cardinal Jean-Claude Turcotte et de son excellence Daniel Jouanneau, ambassadeur de France au Canada. Lors d'exercices semblables répétés dans les cathédrales de l'Hexagone, dont Notre-Dame de Paris le 9 février 2003, Gérard Depardieu a toujours attiré des centaines de personnes.

Augustin (354-430), évêque africain, mena une vie monastique et devint une des principales figures de l'Occident chrétien, affirmant sa doctrine face aux nombreuses hérésies. Les Confessions comporte 13 livres. Les neuf premiers racontent la vie d'Augustin, ses erreurs de jeunesse et sa conversion, sous l'influence de sa mère. Les livres suivants méditent sur Dieu, le temps, la mémoire et la Genèse. La lecture de Gérard Depardieu puisera dans ce lot qui a exercé une immense influence sur les esprits depuis des siècles et des siècles.

Vivant!

Boulimique, bourreau de travail, l'acteur quinquagénaire plus grand que nature a tourné neuf films et deux téléfilms l'an dernier. Il vient d'ouvrir un deuxième restaurant à Paris. L'Écaille de la Fontaine, qu'il a acheté avec l'actrice Carole Bouquet, sa partenaire à la ville, se trouve en face de leur premier restaurant, La Fontaine Gaillon, près de l'Opéra. Ce Gargantua au nez de patate a derrière lui 28 ans de psychanalyse et a déjà enterré deux praticiens.

De temps en temps, la tornade s'arrête et se repose des films mineurs ou moyens accumulés à la douzaine depuis une décennie en lisant Les Confessions pour lui seul ou pour les autres. Il a expliqué souvent avoir été frappé au coeur par la modernité de ces textes et vouloir en faire partager leur puissance dans des lieux sacrés, pas forcément pour un public pratiquant cependant, chacun pouvant tirer une leçon de vie de cette oeuvre éternelle.

«Cette rencontre avec saint Augustin a changé en réalité beaucoup de choses», dit-il dans Vivant!, des entretiens accordés à Laurent Neumann, publiés récemment chez Plon. «Non pas, d'ailleurs, dans mon rapport à la religion, mais plutôt dans mon approche de la vie. [...] Ce qui nous rassemble, c'est l'amour de la vie, l'esprit d'ouverture, la volonté forcenée de découvrir l'inconnu... Avant, pendant et après sa conversion, il est vivant! C'est ça qui me plaît chez saint Augustin.»

On peut réserver sa place à la basilique en téléphonant au (514) 735-4590. La lecture débute à 17h30, le mercredi 23 novembre.