Joliette sous l'assaut des mots

N'y a-t-il rien de plus monotone que d'aller à la pharmacie faire le plein de shampooing et de détergent à lessive? Dans quelques jours, à Joliette, la corvée se métamorphosera en une aventure poétique. Si bien qu'en y entrant pour acheter du Tylenol, on pourrait en ressortir avec... la lettre qu'on songe à écrire à sa mère depuis des lustres, et ce, sans payer un sou.

Les 13, 14 et 15 octobre, le Collectif d'écrivains de Lanaudière envoie son contingent d'auteurs assiéger de leurs mots les rues et commerces de Joliette pour la cinquième année consécutive. Une soixantaine d'écrivains s'installeront là où on les attend le moins, qui à la SAQ, qui au marché IGA, qui encore au bureau de poste ou à la taverne, afin d'aider tout un chacun à composer un texte, une missive, ou à peaufiner une nouvelle qui traîne dans un tiroir depuis trop longtemps.

Hors des heures d'ouverture des 60 commerces, un écrivain «de garde» sera en poste au café-bar L'Interlude. Les auteurs Bruno Roy et Dany Tremblay rendront aussi deux visites à la prison des femmes, histoire de n'exclure personne. À ces foyers d'écriture s'ajoutent des ateliers d'écriture pour les enfants et des 5 à 7 réunissant des auteurs qui échangent librement sur différents thèmes: l'écriture publique, le récit de voyage, la compassion.

Le centre commercial de la ville sera littéralement pavé d'écriture alors que 400 citations tapisseront les vitrines des commerces, grâce à la participation conjointe des auteurs et de 300 bénévoles.

Ni salon du livre ni festival, Les Donneurs, qui convient cette année des écrivains d'Europe et d'Afrique, se tient au plus proche du quotidien des gens pour y insuffler un peu de la magie toute simple des mots. «Tout ce qui n'est pas donné est perdu», rappelle la devise des Donneurs...