Le voile se lève sur le dernier roman de Michel Houellebecq

Michel Houellebecq
Photo: Agence France-Presse (photo) Michel Houellebecq

Paris — Quatre grands médias français ont levé le mystère sur le prochain roman de Michel Houellebecq, l'auteur français contemporain le plus traduit, et qui est présenté comme l'événement de la traditionnelle rentrée littéraire en France.

La Possibilité d'une île, entouré jusqu'alors du plus grand secret, sort en librairie le 31 août, en France et simultanément en Italie, en Allemagne, en Espagne et dans plusieurs pays anglo-saxons, les droits ayant été déjà vendus dans 15 pays.

Auteur français contemporain le plus traduit (35 langues), Houellebecq s'est imposé comme l'écrivain de «la souffrance ordinaire», explorant jusqu'à présent dans ses romans et poèmes la frustration de l'Européen moyen dans une société qui ne sait plus partager.

Les critiques français se montrent partagés sur son dernier roman, le quotidien Le Figaro le qualifiant de «pétard mouillé», alors que l'hebdomadaire Paris Match y voit un «bâton de dynamite».

Ce roman d'anticipation et de science-fiction a été tiré à 200 000 exemplaires.

Rarement un écrivain français aura-t-il bénéficié d'un lancement aussi spectaculaire. Les épreuves ont été adressées au compte-gouttes à des journalistes amis. Des rumeurs ont été habilement lancées sur une possible obtention du Goncourt, le prix littéraire français le plus prestigieux, qui sera décerné le 3 novembre.

Pour l'hebdomadaire L'Express, le livre dépeint une secte promettant l'immortalité à ses membres et qui a fini par supplanter les religions traditionnelles.

Chacun des adeptes, avant sa mort volontaire, donne, lorsqu'il se sent devenir vieux, un échantillon d'ADN et un «récit de vie» afin d'être cloné un jour en «néo-humain».

L'essentiel du livre est construit autour du «récit de vie» de Daniel 1, découvert et lu, deux mille ans plus tard, par Daniel 24 puis Daniel 25, ses lointains clones, qui le commentent alors qu'une apocalypse nucléaire a depuis longtemps ravagé la planète.