MCML: Jours de fête

Montréal nommée capitale mondiale du livre, voilà un honneur qui se souligne et qui se fête. Et c'est justement à une fête que seront conviés tous les amoureux du livre et de la lecture lors des fêtes d'inauguration qui se dérouleront les 23 et 24 avril prochain. L'événement aura lieu à la Place des Arts.

«Nous avons voulu organiser une grande fête populaire accessible au plus large public possible», raconte Mme Claude Brisebois, directrice de la programmation des fêtes d'inauguration. L'organisation de ces fêtes a été confiée à son entreprise, Les Majuscules, une boîte spécialisée dans l'organisation d'événements liés au livre.

«Nous avons établi la programmation de façon à donner un aperçu de la littérature qui se fait ici, en français comme en anglais, précise-t-elle. De plus, nous nous sommes assurés de l'appui de la communauté en communiquant avec 70 maisons d'édition afin de connaître, d'une part, la disponibilité des auteurs et, d'autre part, afin de s'assurer que l'événement colle aussi à l'actualité littéraire.»

La réponse de la communauté peut être qualifiée de chaleureuse puisque l'événement compte sur deux jours 95 activités auxquelles participeront 185 artistes. Aussi, on a eu l'heureuse idée de mettre à contribution toute la communauté artistique. Les auteurs côtoieront donc des musiciens, des comédiens, des cinéastes et des scénaristes, des conteurs et des artistes du spoken word. Même la photographie sera présente.

Les installations

La plupart des activités se dérouleront à l'extérieur, soit sur l'esplanade de la Place des Arts, où seront érigées six grandes tentes. Afin de protéger les visiteurs des aléas de la météo, ces tentes seront chauffées. D'autres activités auront lieu à l'intérieur, au Piano Nobile et au Studio-théâtre. Le corridor des pas perdus, qui mène au métro, sera aussi aménagé afin d'accueillir certaines activités.

Quatre des tentes extérieures auront des thèmes: la bande dessinée, la littérature jeunesse, le roman policier et le cinéma et, finalement, la poésie et le conte. Les deux autres tentes serviront respectivement de café littéraire et de cabaret littéraire où le visiteur, en plus de participer à une activité, trouvera à boire et à manger. De plus, quatre kiosques sur le site permettront au visiteur de siroter une bière et de casser la croûte.

C'est aussi sur l'esplanade que sera installée l'exposition de photographies de George S. Zimbel. Né à New York, mais habitant Montréal depuis 20 ans, George S. Zimbel est un photographe documentaire d'envergure internationale. Ses photos ont été publiées à maintes reprises dans le New York Times et le New Yorker.

On a aussi prévu tout au long de ces deux jours de l'animation de rue. Selon Mme Brisebois, les installations extérieures et intérieures permettront d'accueillir 35 000 visiteurs.

Les principales activités

Le spectacle d'ouverture, animé par Sophie Durocher, aura lieu au Piano Nobile. Sous le thème de «Paroles et musique», ce spectacle réunira sur scène cinq duos d'auteurs et de musiciens. Ainsi se verront jumelés Robert Lalonde avec Jorane, Gilles Vigneault avec Angèle Dubeau, Nadine Bis-muth avec Taïma, Bruno Roy avec Yves Lambert, et Lucien Francoeur avec Ève Cournoyer. Chacun de ces duos sera repris soit au café littéraire, soit au cabaret littéraire.

Bien qu'avare de sa personne, le romancier Réjean Ducharme ne sera pas totalement absent de l'événement puisqu'un spectacle lui est consacré. Intitulé Les Cahiers du nez qui voque, ce spectacle mettra en scène le comédien Gabriel Arcand qui interprétera des extraits de l'oeuvre de Ducharme. Ce spectacle a lieu au Studio-théâtre.

La tente dédiée à la bande dessinée regroupera 13 bédéistes qui, à tour de rôle et devant le public, créeront une bande dessinée selon le principe du cadavre exquis. Dans la tente réservée aux poètes et conteurs, les visiteurs pourront voir et entendre des poètes tels Claude Beausoleil et Nicole Brossard, mais aussi des conteurs, des artistes du spoken word et des graffiteurs. On rendra aussi hommage à Jacques Ferron.

C'est dans la tente réservée au cinéma et au polar que sera projeté de façon presque continue un film d'une heure construit à partir d'extraits de films adaptés de romans canadiens. Deux importantes activités y sont aussi prévues. Animé par Josh Freed, un panel composé des auteurs Trevor Ferguson, Jean-Jacques Pelletier et Patrick Sénécal abordera le thème de «Montréal, scène de crime». Les cinéastes et scénaristes Érik Canuel, Diane Cailhier, Dany Laferrière et Nathalie Petrowski, animés par Marc-André Lussier, se pencheront sur la question de l'adaptation du roman au cinéma.

«En ce qui concerne la littérature jeunesse, nous avons choisi de recréer les personnages si chers aux jeunes», explique Mme Brisebois. Ainsi les jeunes pourront y rencontrer Louma et Margot ou participer à un atelier Harry Potter. «Il y aura aussi des jeux questionnaires, de la musique et de la danse.»

De la variété

Avant toute chose, les organisateurs de ces fêtes d'inauguration ont misé sur la variété des activités, embrassant toutes les sphères d'activité reliées au livre et à littérature. Par exemple, les auteurs Sergio Kokis, Marie-Célie Agnant, Abla Farhoud et Aline Apostolska, réunis autour de l'animateur Jean Fugère, discuteront des visages de la littérature. La littérature érotique sera aussi à l'honneur dans une activité animée par Patrice Dansereau et qui réunira Renée Robitaille, Pierre Curzi, Marie-Sissi Labrèche, Sophie Faucher et Jean-François Aubé.

«On a même demandé à huit comédiens de la Ligue nationale d'improvisation d'incarner, lors d'un spectacle, quatre artistes du mouvement surréaliste et quatre artistes signataires du Refus global.» Les anglophones seront aussi bien représentés puisque l'animatrice de CBC, Laurie Brown, accueillera plusieurs auteurs anglophones tels Trevor Ferguson, Bruce McCall, Gail Scott et Jeffrey Moore.

Sans compter que, dans le corridor des pas perdus, Philippe Mollé, François Barcelo et Chrystine Brouillet se pencheront sur les recettes contenues dans les romans policiers lors d'une activité dont le délicieux titre est «Un menu qui donne froid dans le dos». Dans cet espace la cuisine sera aussi à l'honneur.

Selon Mme Brisebois, cette programmation variée permettra à chaque visiteur de trouver une activité qui l'intéresse particulièrement. «Nous avons mis en place une fête populaire et non pas un salon du livre. Par contre, au coeur de toutes les activités se trouvent le livre et l'auteur.»