MCML: Place des livres

À première vue, un événement consacré au livre et à la littérature qui loge à la Place des Arts peut surprendre. C'est que cette dernière, dans l'esprit de la plupart des gens, est intimement liée aux arts de la scène et à la musique. C'est la méconnaître puisque le mariage entre la Place des Arts et la littérature est chose faite.

Depuis le début de 2003, la Place des Arts organise tous les mois un studio littéraire où le public est invité à aller à la rencontre des grands auteurs lors de lectures publiques. Par exemple, le prochain studio littéraire intitulé «George et Gustave» mettra en scène Françoise Faucher et Gérard Poirier, qui liront des extraits de la correspondance entre ces deux grands amis que furent George Sand et Gustave Flaubert.

Selon Marie Lavigne, directrice générale de la Place des Arts, il était donc tout à fait naturel d'accueillir les fêtes d'inauguration de Montréal, capitale mondiale du livre. «Nous avons souvent des activités reliées à la littérature. D'une part, nous sommes l'hôte de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur. D'autre part, en plus du studio littéraire, nous accueillons souvent des écrivains et des artistes pour des lectures publiques, des lancements de livres ou pour d'autres activités reliées à la littérature. Ainsi nous avons accueilli Chloé Sainte-Marie qui est venue chanter les poèmes de Miron.»

C'est cette ouverture vers le monde littéraire qui a permis à la Place des Arts d'offrir, dès le départ, ses espaces aux organisateurs des fêtes d'inauguration. «Il faut aussi comprendre que le mandat de la Place des Arts est plus large que la simple présentation de spectacles des arts de la scène. Nous avons aussi le mandat de faire la promotion de la culture, et pareil événement s'inscrit parfaitement dans notre mandat.»

Un lieu d'animation

Rappelons que la Place des Arts, avec ses cinq salles et ses 6000 fauteuils, est le plus grand centre de spectacles au Canada. Quatre compagnies y logent en permanence, soit la Compagnie Jean Duceppe, l'Opéra de Montréal, l'Orchestre symphonique de Montréal et les Grands Ballets canadiens de Montréal.

Mais la Place des Arts avec son esplanade est aussi un lieu d'animation, comme en témoignent les grands festivals d'été comme le Festival de jazz et les Francofolies qui, débordant de la rue Sainte-Catherine, s'installent en partie sur l'esplanade. Et c'est sans compter les autres événements qui profitent aussi de ce site extérieur.

«Nous avons déjà accueilli les Bouquinistes du Saint-Laurent ainsi que des installations du Jardin de Métis, et nous sommes prêts à accueillir d'autres événements culturels semblables.» En fait, elle aimerait bien que cet espace d'animation, en plein coeur du centre-ville et du quartier culturel, puisse servir davantage. Tout comme elle aimerait bien transformer le corridor des pas perdus en hall culturel permanent. «Il y passe 35 000 personnes par jour.»

Quant à la tenue des fêtes d'inauguration de Montréal, capitale mondiale du livre, à la Place des Arts, elle s'en réjouit. «Plus il y aura d'activités autour du livre, mieux ça sera.» D'autant plus qu'elle considère comme allant de soi le lien entre les arts de la scène et le livre. «Il n'y aurait pas de théâtre sans littérature ni d'opéra sans livret. La littérature s'inscrit parfaitement dans les arts de la scène.»