Le livre voyageur

Initié d'abord aux États-Unis, le «bookcrossing» a été rapidement adapté et développé en Europe pour devenir le «Passe-livre, le cercle invisible des lecteurs». Aujourd'hui, sous l'impulsion de l'Association des libraires du Québec (ALQ), il s'implante dans la province. L'invitation est lancée à tous les lecteurs: libérez des livres!

Le principe du Passe-livre consiste à «libérer» un livre dans un endroit public après l'avoir lu. Le lecteur quitte l'anonymat de la lecture singulière pour devenir un passeur. À cette fin, il choisit un banc dans un parc, une table de café, un siège de métro, en fait tout lieu achalandé où l'ouvrage sera susceptible d'être remarqué par un badaud afin de l'inviter à sa découverte. Le livre entreprend alors sa propre destinée. Au gré de rencontres inopinées, il tisse des liens de lecteur inconnu en lecteur inconnu, de ville en ville, de pays en pays. À la passion du livre qui le sous-tend, le Passe-livre adjoint un intérêt fervent pour les lecteurs, «surtout, comme l'indique son site Web, lorsque ces livres, en plus d'être des livres, sont aussi des sortes de clés qui ouvrent des portes, portes qui doivent rester ouvertes, pour pouvoir entrer et sortir en toute liberté. [...] ou qui soient des allumettes qui puissent allumer une lumière plus ou moins durable...». D'escale en escale, l'itinéraire des livres voyageurs est noté sur le site par les différents cueilleurs, hôtes provisoires qui deviennent à leur tour des passeurs. Bilingue, ce site décline les informations en français et en italien, le Passe-livre ayant été mis en oeuvre par la librairie Leggere per 2 de Florence.

L'aventure livresque

L'initiative québécoise entreprise par l'ALQ s'inscrit dans cette même perspective. «Nous nous sommes inspirés, indique Katherine Fafard, conseillère en promotion, du modèle européen qui invite à libérer des livres dans des endroits publics tels des cafés, des bibliothèques, etc. Mais au Québec, la libération des ouvrages se fera à partir des librairies participantes.» Une cinquantaine de librairies ont déjà répondu à l'appel de l'Association. Mais le principe n'est pas inconnu au Québec. En effet, depuis trois ans, tous les 11 septembre, de nombreux livres ont été libérés par des Québécois sur la voie publique. Ces journées, qui se rangent sous la bannière de l'«attentat poétique», appellent à transcender la charge funèbre liée à cette date au profit d'un acte de création et de partage.

Dans le cas présent, ce sont donc des libraires qui reprennent et relancent le mouvement de libération des livres: «Nous sommes motivés par le désir de montrer que les librairies sont de véritables acteurs sociaux, des lieux d'échange et de partage pleins de vitalité.» En outre, la lecture a encore besoin d'être soutenue. «Il faut qu'on entende davantage parler des livres.» Or, le Passe-livre offre une opportunité d'aventure qui est trop souvent timide ou effacée dans la vie quotidienne. D'abord, il y a la découverte des mots, des phrases, le voyage au sein de l'univers créé par l'écrivain, mais aussi celui du passeur initiateur et de ceux qui lui ont succédé. Puis, la personne qui a trouvé et lu l'ouvrage, en le libérant à nouveau, pénètre dans le jeu tout en ayant l'opportunité, grâce au site du Passe-livre, de raconter sa lecture, son aventure. Ces rencontres gratuites ne peuvent qu'encourager la lecture et ce, non seulement pour des raisons pécuniaires, mais également parce que l'acquisition du livre est dénuée d'effort pour le cueilleur. De l'ordre du fortuit, elle s'inscrit dans le croisement des chemins, tissant de la sorte la toile du cercle invisible des lecteurs.

Les livres voyageurs cherchent toute qualité de lecteur — enfants et adultes, amatrices et amateurs de romans, mais aussi d'ouvrages documentés, de philosophie entre autres. Hérodote, Edmond Rostand, Hermann Hesse, Milan Kundera, André Gide, Patrick Süskind, la comtesse de Ségur, Françoise Sagan, Amin Maalouf, Marguerite Duras et tant d'autres se croisent au gré des libérations. «Les livres qui circulent sont variés. On relève beaucoup de classiques, beaucoup d'ouvrages en format de poche. J'imagine qu'au Québec, des Marie Laberge, des Michel Tremblay et autres seront libérés.»

Comment libérer un livre ?

Toute personne intéressée à répondre à l'invitation du Passe-livre pourra se rendre dans les librairies participantes. Des présentoirs «totems» clairement désignés sont mis, d'une part, à la disposition des passeurs, pour accueillir les livres qu'ils souhaitent libérer, et d'autre part, des lecteurs qui veulent les lire. Les passeurs y trouveront également des signets et les étiquettes à apposer sur l'ouvrage, dont celle sur laquelle il faut noter le numéro d'identification du livre afin de pouvoir suivre ses pérégrinations. Un enregistrement préalable est donc nécessaire à partir du site: www.passe-livre.com. Pour celles et ceux qui ne disposent pas d'accès Internet, il suffira d'inscrire le lieu et la date de libération du livre et de rajouter, s'ils le souhaitent, leurs nom et prénom. Ainsi, l'itinéraire du livre pourra être enregistré par un prochain lecteur internaute. Le site, très bien organisé, offre également aux lecteurs, en plus d'une foule de renseignements pratiques, un forum permettant d'échanger des trucs de passeur, de nouvelles idées et leurs expériences. Sous peu, une page réservée au Québec sera adjointe au site.

Si une première impulsion d'envergure est donnée par les librairies, Katherine Fafard espère que la population québécoise pénétrera dans le cercle des lecteurs, permettant au livre, en quelque sorte, de sortir de ses appartements pour rejoindre de nouveaux lecteurs en des lieux moins communs, tels les parcs, les stations de bus, les cabines téléphoniques, les cafés... selon l'imagination des personnes. Plus de 8000 passeurs se sont déjà inscrits au Passe-livre. Le mouvement pourrait également être amplifié grâce à la participation de nouvelles institutions. Ailleurs, des bibliothèques, des hôpitaux, des mairies ont répondu à l'appel. Aussi, ne soyez pas surpris si, au hasard d'une promenade, un livre venait à vous!