Bédé - Paul construit sa propre légende

Le voyage en bédé-réalité au coeur de la nostalgie se poursuit. Paul, le célèbre personnage créé par le dessinateur Michel Rabagliati, est de retour.

Après s'être mis au vert (Paul à la campagne), avoir trimé dur dans un camp de vacances des Laurentides (Paul a un travail d'été) et s'être installé avec sa blonde dans un logement de la rue Saint-Denis (Paul en appartement), le pittoresque Montréalais fait désormais sa part pour respecter les engagements du protocole de Kyoto... en empruntant les transports en commun. Paul dans le métro et autres histoires courtes (La Pastèque) — c'est le titre du nouvel opus — pose une nouvelle pièce dans la construction de la légende de ce personnage en voie de devenir l'un des symboles du

9e art à la sauce québécoise.

Ses inconditionnels risquent toutefois d'être un brin déçus. C'est que, sous le vert pomme de la couverture, le quotidien de Paul ado, Paul papa ou Paul espiègle s'y distille en effet en mode réchauffage. L'oeuvre est en fait un assemblage de planches publiées de 1999 à aujourd'hui dans différentes revues ou journaux ici et ailleurs. Avec en prime une première dans l'univers de la bédé d'ici: une chute en forme de... bloopers.

Il fallait y penser. Les séries de vignettes évoquant erreurs de montage ou fautes de dialogue sont bien sûr improbables. Contrairement au reste du bouquin qui, lui, comme dans les chapitres précédents, se promène dans le passé de Rabagliati à travers les yeux et les frasques de sa doublure en noir et blanc évoluant sur fond de roman graphique.

Dès les premières pages le ton est donné. Paul dans le métro, datant de mars 2002, évoque les après-midi de l'auteur passées à «foirer» dans le métro de Montréal nouvellement creusé. La balade comporte aussi une visite au magasin Eaton, restaurant du 9e y compris, et à Terre des hommes où, avec son ami Alain, il explore l'art du sabotage.

Les sales coups, parfois odieux, ne sont que passagers, Paul retrouvant rapidement son sérieux introspectif en déménageant avec sa blonde (Paul défait ses boîtes). Ce récit annonciateur d'une histoire plus complète publiée l'an dernier, les lecteurs ont eu la chance de le découvrir dans le journal Le Libraire en 2001.

Une fois installé, l'animal grégaire, simpliste et attachant poursuit sa route: en faisant du ski avec sa fille, en allant à la quincaillerie ou encore en jouant au baseball. Il anime également entre tout ça une émission de cuisine à la radio, une histoire que l'on retrouve malheureusement dans le très récent L'Appareil (La Pastèque), livre de cuisine illustré par des bédéistes d'ici sorti il y a quelques semaines à peine.

Nouveau sans l'être vraiment, original (pour les lecteurs ayant découvert Paul récemment) tout en étant de deuxième main pour les autres, cette dernière mouture n'aurait pas souffert d'offrir une ou deux planches ou séries de planches inédites. À défaut, la compilation risque de donner aux aficionados un petit amuse-bouche en attendant une suite un peu plus consistante.

Le Devoir

Paul dans le métro et autres histoires courtes

Michel Rabagliati

La Pastèque

Montréal, 2005, 98 pages