Denise Desautels récompensée

L’attribution de cette distinction à un écrivain québécois est rare. Avec Mme Desautels, seuls deux poètes d’ici ont reçu le prix Apollinaire depuis sa création en 1941.
Marc-André Foisy L’attribution de cette distinction à un écrivain québécois est rare. Avec Mme Desautels, seuls deux poètes d’ici ont reçu le prix Apollinaire depuis sa création en 1941.

La poète Denise Desautels, « figure incontournable de la littérature québécoise », a reçu lundi à Paris le prix Apollinaire pour son plus récent recueil, Disparaître. Elle est la première femme québécoise à remporter cette prestigieuse récompense.

Le prix Apollinaire « couronne chaque année “en dehors de tout dogmatisme d’école ou de technique un recueil caractérisé par son originalité et sa modernité” », a écrit sur Facebook le café Les Deux Magots, où se déroule depuis 2016 la cérémonie de remise.

Ce commerce de la place Saint-Germain-des-Prés a été un lieu de rencontre entre grands noms de la littérature française, tels que Guillaume Apollinaire, Paul Verlaine ou Arthur Rimbaud.

 

L’attribution de cette distinction à un écrivain québécois est rare. Avec Mme Desautels, seuls deux poètes d’ici ont reçu le prix Apollinaire depuis sa création en 1941. Le premier fut Gaston Miron, récompensé en 1981 pour son recueil L’homme rapaillé.

En début d’année, Mme Desautels suivait déjà les pas de son prédécesseur en faisant son entrée dans la prestigieuse collection Poésie des éditions Gallimard, plus de vingt ans après M. Miron.

Son récent ouvrage, récompensé lundi soir, a été publié en 2021 par Le Noroît, au Québec, et par L’herbe qui tremble, en France. Mme Desautels y fait correspondre poésie et arts visuels en s’inspirant de onze oeuvres de l’artiste interdisciplinaire Sylvie Cotton.

« Figure incontournable de la littérature québécoise, Denise Desautels a publié plus de 40 recueils de poèmes, récits et livres d’artiste, qui lui ont valu de nombreuses distinctions, dont le prix Athanase-David en 2009 et le Prix de littérature francophone Jean Arp en 2010 pour l’ensemble de son oeuvre », ont souligné les Éditions du Noroît dans un communiqué.

Le Français Quentin Dallorme a quant à lui remporté le prix Apollinaire Découverte pour son recueil Plein sud. Créé en 2017, ce prix distingue « un jeune auteur particulièrement remarquable aux yeux des membres du jury », a écrit Les Deux Magots.

Depuis son instauration en 1941, l’Apollinaire a notamment été attribué à Pierre Seghers, Léopold Sédar Senghor, ou encore Jean-Pierre Siméon, qui préside le prix.

À voir en vidéo