Des auteurs québécois finalistes pour le Prix des cinq continents

Avec son roman Gens du Nord, l’autrice Perrine Leblanc est l’une des dix finalistes en lice pour le prestigieux prix littéraire.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Avec son roman Gens du Nord, l’autrice Perrine Leblanc est l’une des dix finalistes en lice pour le prestigieux prix littéraire.

Cinq auteurs québécois se retrouvent parmi les dix finalistes en lice pour le prestigieux Prix des cinq continents, qui récompense un roman de fiction narratif d’un écrivain témoignant d’une expérience culturelle enrichissant la langue française.

Cette année, les oeuvres de Perrine Leblanc (Gens du Nord), Edem Awumey (Noces de coton), Daria Colonna (La voleuse), Christian Guay-Poliquin (Les ombres filantes) et Monique Proulx (Enlève la nuit) se distinguent parmi les 188 oeuvres candidates proposées.

 

Le comité de sélection souligne « la présence de personnages nomades, déterminés, attachants, en quête de mondes meilleurs. Par-delà la diversité et la rudesse des époques et des territoires, elle témoigne d’une aventure humaine en constante résonance avec les langues, l’altérité et l’Histoire ».

On retrouve parmi les autres finalistes le Franco-Algérien Yahia Belaskri (Le silence des dieux), le Franco-Russe Dimitri Bortnikov (L’agneau des neiges), le Marocain Driss Jaydane (Moïse de Casa), la Franco-Camerounaise Osvalde Lewat (Les aquatiques) et le Guinéen Tierno Monénembo (Saharienne indigo).

Chaque année, depuis 2001, des éditeurs de tous les pays de la francophonie sont invités à soumettre des oeuvres à des comités régionaux. Le jury se penche ensuite sur une sélection de dix livres finalistes. L’an dernier, c’est l’écrivain palestinien Karim Kattan qui s’était vu décerner le Prix des cinq continents, pour son roman Le palais des deux collines.

Le jury international, présidé par l’écrivaine Paula Jacques, désignera le lauréat en janvier prochain. La remise du prix se fera durant le mois de mars 2023, en marge de la Journée internationale de la Francophonie.

Le prix est accompagné d’une bourse de 15 000 euros (plus de 19 000 dollars canadiens) ainsi que d’une tournée de promotion d’une année à travers la francophonie.

À voir en vidéo