Écrire les 50 ans du Grand Théâtre de Québec

Gaétan Morency, président-directeur général du Grand Théâtre depuis 2017.
Photo: Stéphane Bourgeois /Jean-Charles Labarre Gaétan Morency, président-directeur général du Grand Théâtre depuis 2017.

En 2021, le Grand Théâtre de Québec, institution au coeur de la vie culturelle et artistique de la capitale, célébrait sa 50e saison ; un anniversaire quelque peu perturbé par les aléas de la COVID-19. Qu’à cela ne tienne : débrouillards, le comité d’administration et les artisans de ce haut lieu de la culture ont organisé maintes activités spéciales, notamment des expositions en partenariat avec les musées de la ville.

Pour clore ces célébrations en beauté, l’équipe fait paraître un livre retraçant l’odyssée spectaculaire de cette scène qui a su abolir les barrières, précéder les tendances, s’ouvrir sur le monde et donner une voix aux jeunes de la relève comme aux artistes les plus établis de la province.

Le Grand Théâtre de Québec. L’histoire vivante d’une scène d’exception revient, en mots et en images, sur 50 années d’histoire et de culture, de bouleversements, d’émerveillements et de révoltes, d’espoirs, de frustrations et d’innovations.

Sous la direction des écrivains Louis Jolicoeur et André Morency, le livre donne la parole à seize auteurs et chercheurs qui décortiquent, d’un point de vue sociologique ou historique, un pan de la conception, du développement et de la mission de l’institution.

Les chapitres passent en revue le contexte politique qui a mené à sa construction, la mise au point de son architecture brutaliste et de sa célèbre murale, créée par Jordi Bonet, en plus de jeter un regard critique sur les multiples disciplines qui ont fait sa renommée, parmi lesquelles le théâtre, la musique populaire, la danse, la musique classique, l’humour et les arts numériques.

Souvenirs marquants

 

« C’est seulement lorsque j’ai quitté Montréal pour Québec que j’ai réalisé l’impact du Grand Théâtre dans la vie culturelle de la ville », indique Gaétan Morency, président-directeur général de l’établissement depuis 2015.

« Tout le monde a un souvenir qui lui est rattaché, tout le monde se rappelle avoir vu le ballet Casse-noisette, Les belles-soeurs ou Genesis en 1973. Avec le livre, on voulait témoigner de cette influence, laisser un legs durable qui ferait office de référence historique dans tous les domaines que l’on couvre, mais qui serait aussi un produit dynamique, plein d’images, pour raviver la mémoire des gens », indique celui qui a notamment fait ses classes au Cirque du Soleil.

Au fil des pages revivent certains des spectacles les plus marquants et les plus subversifs à avoir pris vie sur la scène du Grand Théâtre. On plonge avec étonnement dans la mise en scène éclatée de L’opéra de quat’sous de Guillermo de Andrea, en 1977, et dans la puissance évocatrice de La détresse et l’enchantement de Gabrielle Roy, interprétée par Marie-Thérèse Fortin au Trident en 2018.

« C’est la grande, grande affaire de ma vie », témoigne la comédienne. On s’émeut de la poésie ludique de son théâtre de marionnettes et de la virtuosité des danseurs des Grands Ballets canadiens. On est ébloui par l’audace d’un Robert Lepage et par la pulsion organique d’une Marie Chouinard. On y entend les échos de Gilles Vigneault, de Félix Leclerc, de Diane Dufresne, de Robert Charlebois, de Pauline Julien, de Pierre Lapointe, de Catherine Major et d’Elisapie Isaac.

Les témoignages d’artistes sur leur relation privilégiée avec l’établissement accompagnent les textes, soulignant l’accueil, la générosité des équipes, la proximité avec le public. Plusieurs d’entre eux y ont fait leurs premiers pas à l’extérieur de la métropole. « Être une vitrine pour les artistes de la relève fait partie de la mission du Grand Théâtre depuis le début, souligne Gaétan Morency. Notre programmation est conçue selon une approche de développement artistique, qui permet de passer de la petite salle à la grande salle, de développer une relation de fidélité pour pouvoir mieux conquérir le coeur des foules. Ça contribue à l’attachement du public et des spectateurs envers notre scène. »

Et maintenant ?

Aujourd’hui, malgré une concurrence de plus en plus forte, l’engouement pour le Grand Théâtre de Québec ne se dément pas. Ses ventes représentent le tiers du marché des billets de spectacle dans la capitale nationale.

Sous la direction de Gaétan Morency, le théâtre s’est doté d’équipements technologiques à la fine pointe dans l’objectif de les intégrer aux arts de la scène et de favoriser le métissage des disciplines, en plus d’investir massivement dans un virage numérique. « On veut devenir un laboratoire pour les artistes », précise-t-il. Il se donne aussi la mission de développer une relation de confiance avec les communautés culturelles et autochtones.

« Avant de pouvoir développer des projets qui reflètent la diversité, la confiance est essentielle. Je veux que tout le monde sente qu’il a sa place au Grand Théâtre, peu importe son âge, peu importe sa culture. »

L’environnement demeure également au coeur de ses préoccupations. « Depuis 10 ans, même si les coûts généraux augmentent, le Grand Théâtre a baissé ses dépenses en énergie de 35 %. On a aussi transformé la cour du Conservatoire de Québec — un îlot de chaleur — afin d’en faire un potager communautaire dont les récoltes sont distribuées à la Société de Saint-Vincent de Paul. »

Année après année, cette grande institution culturelle a agi ici comme miroir, ici comme tremplin à une société québécoise tantôt en ébullition, tantôt freinée par les moeurs, l’austérité ou une certaine pandémie.

Peu importe la situation, son équipe de créateurs a su s’adapter et se battre pour demeurer au coeur des tendances et pour rejoindre la communauté. Fraîchement rénové, doté d’une nouvelle salle et d’une présence en ligne accrue, le Grand Théâtre de Québec a le vent dans les voiles pour souffler sa centième bougie, et bien au-delà.


Le Grand Théâtre de Québec L’histoire vivante d’une scène d’exception

Sous la direction de Louis Jolicoeur et André Morency, Septentrion, Québec, 2022, 396 pages

À voir en vidéo