Des livres jeunesse parfaits pour les vacances

Marie Fradette
Collaboration spéciale

Ce texte fait partie du cahier spécial Le Petit D

En symbiose avec la nature

« Il était une fois un géant, un géant tellement grand qu’il devait se plier en quatre pour entrer dans sa maison ou pour en sortir. » Un jour, chatouillé par la toile d’une araignée, il éternue à en faire craquer les murs. Et c’est là, sous le ciel, qu’il s’enracine après quelques errances et devient refuge pour la faune et la flore.

La maison du géant est une histoire enveloppante dans laquelle l’homme est accueilli par la nature généreuse avec laquelle il ne forme plus qu’un. La dernière illustration — sur laquelle les yeux du géant se fondent aux végétaux — est à cet effet représentative de cette communion. Le trait candide et aérien de Shleifer ouvre sur des décors printaniers qui invitent à la liberté engagée par le géant. Fameux.

La maison du géant, ★★★★ ​1/2, Maya Shleifer, Éditions Des éléphants, Paris, 2022, 44 pages. 4 ans et plus.

Histoire de frissonner un peu

 

Bien heureuses de se retrouver au chalet de leur père, Léa et Nora profitent de la douceur des jours jusqu’à ce qu’elles aperçoivent une forme poilue en train de flotter sur l’étang. Un raton laveur au bout de sa route est récupéré et placé dans une vieille boîte en bois en attendant une solution. Tout se passe bien jusqu’à ce qu’un raton — mais n’est-il pas mort ?— vienne gratter à leur fenêtre et perturber leur quotidien.

Avec La chose dans l’étang, Carole Tremblay propose un récit rythmé dans lequel la peur des enfants est palpable et augmentée grâce au code QR qui permet aux lecteurs d’entendre différents sons qui ponctuent l’histoire. Le trait expressif d’Aurélie Grand et les variations de plans assurent un complément au texte cadencé de Tremblay. Émotions garanties.

La chose dans l’étang, ★★★★, Carole Tremblay et Aurélie Grand, La courte échelle, Montréal, 2022, 104 pages. 7 ans et plus.

Cœur vulnérable

 

« Je suis née avec des yeux / trop grands / pour rien / je rêve / de fentes étroites / reposantes / sous la porte / une brèche à peine / laisserait passer le jour / un souffle une lettre / d’amour ». La narratrice de Kaléidoscope mon cœur se raconte avec franchise et vulnérabilité, « prête à vivre toutes les vies / mourir du cœur / et vivre quand même », « devenir folle / à force d’échouer / à être aimée ». Petite devant l’immensité, elle se dévoile dans un récit poétique divisé en quatre chapitres, depuis le tremblement de cœur jusqu’au cœur étranger où elle parvient à s’apprivoiser. Dans ce texte intimiste brodé de vers lumineux, Kristina Gauthier-Landry dévoile toute la fragilité d’une âme qui avance dans la vie à petits pas craintifs.

Kaléidoscope mon cœur, ★★★★, Kristina Gauthier-Landry, Boréal, Montréal, 2022, 144 pages. 13 ans et plus.

À voir en vidéo