Le journal de Frank

De ses débuts à Madison et de sa rencontre avec un professeur qui lui paya l'université pour devenir ingénieur sans obtenir de diplôme jusqu'aux réalisations de son architecture organique, Frank Lloyd Wright est ici décortiqué à travers sa vie et son oeuvre.

De nombreux livres se sont attaqués à l'oeuvre de cet architecte du début du siècle dernier, mais peu se sont interrogés sur le positionnement de sa vie intime et le croisement de ses volontés architecturales. Margo Stipe l'a fait à travers un format intéressant, permettant ainsi d'y trouver des lettres de Wright, des lettres passionnées d'une baronne concernant une commande au musée Guggenheim ainsi que des fac-similés et esquisses qui se glissent à travers les pages.

Comme si le lecteur ouvrait le courrier de cet architecte qui revendiqua l'architecture organique dès 1894 dans une conférence intitulée «L'Homme et la Machine». On retrouve également les éléments qui ont mené Wright à l'architecture de maisons individuelles du style Prairie, une approche tout à fait nouvelle de la conception résidentielle. Et également toutes les inspirations qui lui firent révolutionner les tours de bureaux.

Pour Wright, l'architecture participe aux fondements de la culture américaine, ce que l'auteur illustre par une large sélection d'oeuvres. On y trouve également, en guise d'intro, un CD audio contenant des entrevues avec l'architecte, de 1953 à 1957. Un livre à tiroirs où on constate que l'homme est né au bon endroit et à la bonne époque.