Envers et contre tout. Chronique illustrée du goulag, Euphrosinia Kersnovskaïa

Déportée en Sibérie en 1941, un an après l’invasion soviétique de la Bessarabie, Euphrosinia Kersnovskaïa (1908-1994), comme tant d’autres, a vécu l’enfer — vingt millions de détenus, quatre millions de morts. Née à Odessa dans une famille aristocratique russe dépouillée une première fois par la révolution, devenue vétérinaire et fermière, cette femme au caractère d’acier est revenue à la vie par miracle. Envers et contre tout. Chronique illustrée de ma vie au goulag fait le récit en dessins et en mots de sa longue « relégation ». Une vie d’agonie, de froid et de travail forcé où « la faim servait de toile de fond ». Elle raconte la prison, les camps, ses tentatives d’évasion, sa condamnation à mort, l’injustice et la cruauté, les grandeurs et les petitesses des hommes. Après sa libération en 1948, elle a rempli en secret 12 cahiers d’écolier avec ses souvenirs, illuminant son récit de 700 dessins. Un livre magnifique et troublant que l’on réédite aujourd’hui. Un témoignage inestimable à l’heure où la mémoire est plus que jamais mise à mal en Russie.
 

 

Envers et contre tout

★★★★

Euphrosinia Kersnovskaïa, traduit du russe par Sophie Benech, Interférences/Christian Bourgois, Paris, 2021, 624 pages

À voir en vidéo