Il est passé minuit

Le journaliste Gérald Fillion et l’économiste François Delorme
Laurence Labat Le journaliste Gérald Fillion et l’économiste François Delorme

L’heure des choix. Face à l’urgence climatique et sociale est le troisième ouvrage à paraître sous la plume du journaliste Gérald Fillion et de l’économiste François Delorme. En une quinzaine de chapitres dérivés d’entrevues menées par Gérald Fillion dans le cadre du balado radio-canadienQuestion d’intérêt, les deux auteurs passent en revue les itérations récentes des crises climatiques et des inégalités sociales à travers la lorgnette de l’actualité économique, mais font l’impasse sur l’horizon à atteindre au terme de la transition écologique.

Bien qu’ils reconnaissent que, loin d’évoluer isolément, ces crises s’alimentent l’une l’autre au point de n’en constituer qu’une seule, les auteurs peinent à en faire la démonstration. En accumulant les considérations ponctuelles et locales sur des sujets aussi variés que la transition énergétique, le développement de l’intelligence artificielle et le modèle scandinave, Fillion et Delorme s’éloignent d’une vision holistique de la crise et tendent plutôt à reproduire l’approche cloisonnée caractéristique du mode de production actuel.

Par exemple, pour expliquer notre dépendance aux énergies fossiles et imaginer le monde d’après, il eût été plus utile de traiter comme une seule chose la mécanique court-termiste de la finance, la rentabilité des investissements dans les énergies fossiles et le financement des fonds de retraite, plutôt que de les considérer comme des phénomènes distincts.

Également, tant s’en faut, tous ne disposent pas des ressources nécessaires pour faire les choix individuels proposés par les auteurs, comme de privilégier l’achat éthique et local. À ce titre, tant et aussi longtemps que sera considérée comme un moindre mal la pauvreté endémique qui sévit chez nous comme ailleurs, il sera illusoire d’imaginer que se résorbera la logique destructrice du plus bas prix.

Si les textes de l’ouvrage sont généralement étayés par une documentation appropriée, certaines des interventions de François Delorme détonnent. Alors que l’universitaire préconise pour la transition énergétique une approche graduelle prenant en compte l’intrication des systèmes à une échelle globale, le voir appeler à la révolution agricole par la permaculture sur la seule base des expériences maraîchères locales a de quoi surprendre.

Plus gravement, lorsqu’il est question des phénomènes migratoires liés aux changements climatiques, il donne comme exemple l’afflux, en Floride, d’une population de retraités venue du Nord pour échapper aux rigueurs de l’hiver. Nous nous expliquons mal comment ceci a pu traverser le processus éditorial jusqu’à l’impression.

Curieusement, dans la conclusion, les auteurs choisissent de se positionner en retrait des luttes actuelles et à venir, se contentant de donner leur assentiment au militantisme des jeunes générations à qui ils dédient l’ouvrage. Cependant, pour elles, l’heure des choix a sonné depuis longtemps déjà.

L’heure des choix

★★

Gérald Fillion et François Delorme, Édito, Montréal, 2021, 265 pages

À voir en vidéo