Kathy Reichs, écouter la science et faire ses recherches

Kathy Reichs
Photo: Marie-Reine Mattera Kathy Reichs

L’anthropologue judiciaire et romancière Kathy Reichs n’a pas attendu que les expressions « Écoutez la science ! » et « Faites vos recherches ! » passent dans le discours quotidien (souvent pour le pire) afin de les faire siennes (pour le meilleur seulement).

Et elle est tellement au fait des développements scientifiques que c’est par pure coïncidence que le vaccin à ARN messager se trouve à être l’une des techniques sur lesquelles elle s’attarde dans Les os du passé, la 20e enquête de son presque alter ego Tempe Brennan.

« Il me faut un an pour écrire un roman qui sera ensuite en production pendant une autre année. J’ai commencé à travailler sur celui-ci bien avant qu’il soit question de pandémie et j’ignorais complètement que les vaccins deviendraient un sujet controversé », assure-t-elle en entrevue téléphonique.

Sauf qu’au moment des étapes finales de l’édition du manuscrit, COVID il y avait. Le mouvement antivax se dessinait aussi. À la suggestion de son éditeur, elle est revenue sur le texte et a fait des ajouts afin que le lecteur comprenne que l’intrigue se situe dans un monde post-pandémie. « Au départ, je pensais que l’édition du génome humain serait le sujet du livre qui ferait parler. Imaginez quelqu’un qui utiliserait cette technologie à mauvais dessein pour fabriquer des bébés sur mesure ! »

Mais le virus de la COVID est venu mêler ces cartes-là pour celle qui se sent une responsabilité encore plus grande aujourd’hui face à la science, et qui n’a jamais fait de concessions quant à la rigueur avec laquelle, dans ses romans, les techniques scientifiques sont utilisées et décrites. Une fois au clavier, « j’écris un peu comme si je m’adressais à un jury : je donne une information vérifiée, juste. Je fuis le jargon scientifique… et j’essaie d’être brève ».

Pour cela, oui, elle fait ses recherches et écoute les experts, souvent des (anciens) collègues, qu’elle consulte. Après tout, là se trouve la spécificité de sa série. Et son origine : elle voulait apporter les sciences judiciaires au plus grand nombre. Avec sa complicité, en voici cinq exemples accompagnés d’extraits choisis.

Analyse d’une marque de morsure

On pense immédiatement à Hannibal Lecter, non ? La technique peut être utilisée sur des marques laissées à même la chair d’une victime… ou sur un autre type de support. Du fromage, par exemple.

« J’ai su immédiatement que les morsures ne provenaient pas de la même personne. […] L’arcade dentaire de Tanguay était trop étroite, la courbe antérieure beaucoup plus resserrée que celle imprimée dans le fromage. […] L’image montrait […] une brèche sur l’angle d’une incisive centrale. Et les dents adjacentes prenaient une tangente de trente degrés. Ce qui faisait ressembler la dentition à une clôture de pieux mal plantés. » Extrait de Déjà Dead (1998).

Entomologie légale

La chasse aux papillons et les recettes à base de grillons, c’est bien beau. Mais, de façon plus sérieuse, les insectes peuvent être utilisés pour estimer combien de temps s’est écoulé entre la mort et le moment où le corps a été retrouvé.

« Les entomologistes ont fait des études sur les insectes nécrophages […]. Ils ont remarqué que les diverses espèces arrivent sur un cadavre selon un ordre séquentiel et qu’ensuite chacune a un cycle de vie qui lui est propre et dont l’évolution est très exactement prévisible. » Extrait de Death du jour (2000).

Morphoanalyse des taches de sang

Voici qui paraîtra familier à ceux qui ont suivi la série Dexter. L’expert en projection de sang mesure, par exemple, la largeur et la longueur des gouttes et ainsi, détermine dans quel angle la victime a été frappée, à quel endroit elle se trouvait, etc.

« Toute éclaboussure est le résultat de la force déployée pour que le liquide jaillisse et vienne s’immobiliser sur une surface, après avoir franchi une certaine distance. […] En atterrissant sur la surface en question, les gouttes perdent leur forme typique pour devenir des taches ou des traînées. Il faut faire l’interprétation de ces différents types de traces […] puis refaire à l’envers le trajet parcouru, l’objectif étant de déterminer ce qui s’est produit à l’origine, et dans quel ordre. » Extrait de Deadly décisions (2001).

Datation par carbone 14 artificiel (aussi dit « de la bombe »)

Alors que la technique classique est utilisée en archéologie et en paléontologie pour dater des artefacts et événements très anciens, cette version-ci permet de déterminer si quelqu’un est mort, grosso modo, avant ou après 1950.

« Des études ont fait état d’anomalies significatives dans la quantité de radiocarbone présente dans l’atmosphère à certaines époques. Au cours des quatre-vingts dernières années, deux perturbations se sont produites, toutes deux ayant pour origine l’activité humaine. La période qui va grosso modo de 1910 à 1950 est caractérisée par une diminution de la quantité de radiocarbone dans l’atmosphère […]. À partir de 1950, les essais d’armes thermonucléaires dans l’atmosphère ont renversé cette tendance. » Extrait de Meurtres à la carte (2006).

Linguistique médico-légale

Un linguiste qui aide à l’exercice de la justice ? Pourquoi pas. Cette science consiste à appliquer la recherche et les connaissances linguistiques dans l’évaluation des preuves écrites. Et ce n’est même pas de la fiction.

« Des experts en linguistique ont comparé le manifeste d’Unabomber avec d’autres textes soumis par sa mère et son frère, et ils ont déterminé qu’ils avaient bien été écrits par la même personne. […] une des choses à savoir, c’est qu’un expert en linguistique arrive souvent à découvrir dans le langage d’un locuteur des espaces qui échappent à son contrôle, et cela notamment même si le locuteur s’est attaché à déguiser son langage, notamment pour imiter quelqu’un. » Extrait de Terreur à Tracadie (2009).


Une version précédente de ce texte plaçait la sortie de Deadly décisions en 2021.

Les os du passé

Kathy Reichs, traduit de l’anglais par Dominique Haas et Stephanie Leigniel, Robert Laffont, Paris, 369 pages

À voir en vidéo