«Pourquoi les larmes ont-elles le goût salé de la mère?»

« Je suis née rebelle. J’ai grandi la rage au cœur », écrit Lorraine Pintal dans Pourquoi les larmes ont-elles le goût salé de la mère ?, premier roman qu’elle s’offre pour ses 70 ans. À forte teneur biographique, comme le veut la collection III (pour trois souvenirs), ce court récit fragmenté met principalement en scène la directrice du TNM à différents âges de sa vie, sa mère, ménagère dépressive qui caressait le rêve d’être chanteuse, et son père, homme de peu de mots ayant attendu trop longtemps pour exprimer ses émotions. Au fil de ce douloureux portrait de famille, où elle dépeint ses parents avec sévérité, tendresse et un souci de justesse, l’autrice dévoile comment lui est venu le goût du théâtre, la volonté de lutter pour les droits des femmes et l’envie d’être mère. Si le tout est ponctué d’émouvants passages sur les tourments de l’enfance, la maladie mentale et le deuil, le style parfois ampoulé et la lourdeur des images poétiques freinent à plusieurs endroits la lecture.

Pourquoi les larmes ont-elles le goût salé de la mère ?

★★ 1/2

Lorraine Pintal, Québec Amérique « collection III », Montréal, 2021, 161 pages

À voir en vidéo