Une nouvelle maison d’édition voit le jour à Montréal

Corinne Chevarier et Stéphane Despatie dans les locaux de leur nouvelle maison d’édition
Valérian Mazataud Le Devoir Corinne Chevarier et Stéphane Despatie dans les locaux de leur nouvelle maison d’édition

Sans tambour ni trompette, une nouvelle maison d’édition généraliste a fait son apparition à Montréal dans les derniers mois. Mains libres, qui se spécialise dans la publication de romans, d’essais et de romans graphiques, lancera sept premiers ouvrages cet automne.

Déjà partenaires de vie depuis plusieurs années, les auteurs Stéphane Despatie et Corinne Chevarier rêvaient depuis « de nombreuses années » de créer leur propre maison d’édition. Sans même le savoir, c’est l’illustrateur Jean-Michel Girard qui leur a donné l’automne dernier la tape dans le dos qui leur manquait pour enfin lancer leur projet.

La même idée

« Il a communiqué avec moi pour avoir mon opinion sur ses nouvelles illustrations, probablement parce que j’ai déjà fait des critiques de bandes dessinées dans le passé, indique Stéphane Despatie précisant suivre le travail de l’illustrateur, mais ne pas le connaître personnellement. J’ai montré son travail à Corinne et on a eu la même idée. [Jean-Michel Girard] ne s’attendait pas à ce que je lui dise que s’il ne trouvait pas d’éditeur, on était très intéressés. »

C’est ainsi que le couple d’artistes s’est finalement jeté à l’eau pour mettre sur pied les Éditions Mains libres, en partenariat avec Didier Minneci, un autre passionné de littérature. En quelques mois seulement, ils ont trouvé un local au Plateau-Mont-Royal, boulevard Saint-Laurent, et se sont entourés de toute une équipe de collaborateurs chevronnés.

« Le fait qu’on ait un bureau, une équipe, ça montre notre sérieux et qu’on ne lâchera pas le projet demain matin », insiste Corinne Chevarier. Elle souligne du même souffle que ils cumulent, chacun, une trentaine d’années d’expérience dans le milieu culturel et particulièrement dans le milieu littéraire, ce qui les aidera à faire connaître et grandir leur maison d’édition une fois officiellement lancée.

La qualité plutôt que la quantité

S’ils ont jusqu’ici travaillé dans l’ombre — dans le secret même — les trois associés ont rapidement mis la main sur plusieurs ouvrages de choix parmi leur entourage, dont sept seront publiés cet automne.

« Sept pour un automne, c’est beaucoup, reconnaît Stéphane Despatie, mais il fallait donner un coup pour exister, montrer nos couleurs et notre direction. On vise ensuite la publication de 10 livres pour 2022, 16 en 2023, 18 en 2024 et 20 en 2025. » Une progression « normale », dit-il, qui va permettre à la petite équipe de se concentrer sur la qualité plutôt que la quantité en consacrant beaucoup de temps à l’accompagnement des auteurs.

« C’est très important pour nous, renchérit Mme Chevarier. On tient à être présents pour les auteurs dans le travail éditorial et même pendant la création si besoin. »

Parmi les ouvrages à paraître chez Mains libres, on retrouve le roman graphique Fuites de Jean-Michel Girard et Stanley Péan, le roman Ciels parallèles d’Henri Chassé, une réédition du roman Skatepark de Madeleine Monette ou encore Paroles amérikoises, un essai de Pierre Bastien. Stéphane Despatie a également trouvé le temps de se plonger dans l’écriture et publiera un roman, Fretless, dans sa propre maison d’édition.

Des auteurs méconnus

« On a démarré avec des auteurs confirmés et en qui on a confiance, souligne M. Despatie. Maintenant qu’on va être public, on espère découvrir et faire de la place à des auteurs méconnus. »

Bien qu’on ait l’habitude de voir Stéphane Despatie et Corinne Chevarier s’illustrer en poésie, les deux auteurs souhaitaient que leur maison d’édition généraliste se spécialise dans d’autres genres qu’ils affectionnent particulièrement comme lecteurs. Ils insistent toutefois ne vouloir fermer aucune porte.

« La vie ne nous amène pas toujours où on s’y attend. On va par exemple sortir un livre policier [de Marie-Françoise Taggart] et un autre est en travail alors qu’on n’avait pas prévu aller là au départ. On ne dira pas non à des choses qui se présentent et qu’on aime. […] On a une vision, on sait qu’on veut des livres matures et écrits, mais on peut être bousculés n’importe quand par un livre rebelle d’un jeune auteur. On ne demande que ça en fait », indique M. Despatie.

On a une vision, on sait qu’on veut des livres matures et écrits, mais on peut être bousculé n’importe quand par un livre rebelle d’un jeune auteur. On ne demande que ça en fait.

 

À voir en vidéo