Filibuste

Photo: Éditions Cheval d'août, photomontage «Le Devoir»

Volet créatif d’un mémoire de maîtrise sur la présence des faits divers dans l’œuvre d’Emmanuel Carrère et premier roman de Frédérique Côté, Filibuste décortique avec une admirable acuité les relations tendues entre trois sœurs aux tempéraments éloignés et leur mère, qui ne sait pas se taire, à la suite d’un accident mortel provoqué par leur père, dont la parole est obstruée par celles des femmes. « Il s’était imposé à lui-même le rôle du père silencieux, admiratif devant sa progéniture, à qui il sourit vaguement sans occuper la place qui lui revient, parce qu’on lui a pas laissée ou qu’il la voulait pas. » Si ce court roman polyphonique construit en fragments est traversé de réelles émotions et de dialogues qui sonnent juste, les nombreuses et longues digressions sur la téléréalité — la mère et la benjamine en sont obsédées — viennent par endroits plomber, voire freiner, le bon déroulement du drame familial.

 

Filibuste

★★★

Frédérique Côté, Cheval d’août, Montréal, 2021, 111 pages

À voir en vidéo