Illustrer la crise, un dessin à la fois

Une planche tirée de «Patient zéro. À l’origine du coronavirus en France.»
Photo: Renaud Saint-Cricq et Nicoby / Glénat Une planche tirée de «Patient zéro. À l’origine du coronavirus en France.»

Dès les premières semaines de la crise sanitaire, des artistes de la bande dessinée, du dessin de presse, de l’illustration et de la caricature du monde entier se sont mis au travail afin de rendre compte sur Internet des bouleversements intimes et collectifs engendrés par la pandémie.

Au Québec, c’est entre autres le cas de Philippe Girard, Élise Gravel et Martin PM. C’est bien connu, lorsque vient l’heure de vulgariser la science, notamment de représenter ce qui est invisible à l’œil nu, le dessin est le moyen tout désigné.

En plus d’embrasser ce noble rôle de médiation, les quatre bandes dessinées de notre échantillon, toutes parues en France au cours des derniers mois, colligent avec rigueur les faits et les témoignages, analysent les décisions politiques et leurs retombées, parviennent à mettre en relief l’absurdité de certaines situations aussi bien que la résilience dont les êtres humains sont capables.

Dans Coco le virus. Le coronavirus expliqué aux enfants, Paul et Marguerite de Livron s’adressent aux familles avec toute la rigueur qui s’impose, mais aussi avec un humour irrésistible. En trente doubles pages thématiques, on touche aux sujets les plus divers. Pendant le « coconfinement » — alors que chacun peut se faire un cocon pour laisser Coco le virus s’ennuyer dehors —, il est fortement recommandé de faire preuve de créativité, de débrouillardise et de solidarité. Sans jamais sombrer dans le didactisme, on démontre l’importance du masque, des gestes barrière et des vaccins, on expose les défis de l’école à la maison et ceux du télétravail. On ne contourne pas les sujets plus graves, comme la santé mentale et les inégalités sociales, sans oublier les dimensions politique, environnementale et animale. Les pages consacrées à la réhabilitation du pangolin sont aussi pertinentes qu’attendrissantes. Non seulement on aborde la mort et le deuil, mais on le fait avec beaucoup de doigté, sans faire de raccourcis.

Approches journalistiques

Au cœur de la vague, c’est la version définitive d’un journal dessiné que Chappatte a tenu de mars à août 2020 à propos de la progression de la COVID-19. À Genève, le dessinateur de presse a rencontré différents travailleurs de la santé, à commencer par Didier Pittet, l’infectiologue et épidémiologiste qui a inventé le gel hydroalcoolique, un « personnage » fascinant, proprement visionnaire, si bien qu’on regrette qu’il ne soit pas plus présent dans les pages du livre.

Probablement trop ambitieux, survolant le temps et l’espace, juxtaposant les événements et les statistiques, ne s’attachant pas suffisamment aux protagonistes auxquels il cherche pourtant à rendre hommage, l’ouvrage est en somme desservi par une intrigue franchement décousue. Heureusement, Chappatte a eu l’excellente idée de glisser ici et là des dessins de presse truculents, des instantanés d’un humour noir irrésistible qu’il a entre autres réalisés pour Le Temps et Le Canard enchaîné.

S’il s’appuie lui aussi sur une démarche journalistique, l’album de Nicoby (dessin) et de Renaud Saint-Cricq (scénario) ne manque pas de cohérence narrative, bien au contraire. Intitulé Patient zéro. À l’origine du coronavirus en France, le livre inspiré d’une enquête à laquelle ont contribué Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, grandes reporters du Monde, se dévore comme un roman policier.

L’intrigue, haletante, s’articule autour de Dominique Varoteaux, un homme de 61 ans, première victime française de la COVID-19, mort d’une embolie pulmonaire massive le 25 février 2020 au service de réanimation de l’hôpital la Salpêtrière, à Paris. C’est un véritable travail de détective qui se déploie sous nos yeux afin de trouver le patient zéro, ce porteur du virus qui, sans le savoir, a introduit la maladie dans l’Hexagone.

Photo: Renaud Saint-Cricq et Nicoby / Glénat Une planche tirée de «Patient zéro. À l’origine du coronavirus en France».

Le scénario procède à de judicieux allers-retours entre deux attachantes familles, celle de Dominique Varoteaux, bien entendu, mais également celle de Jean-Pierre Gossart, déclaré positif à peu près au même moment. Les deux hommes ne se sont jamais croisés, mais habitent tous deux dans l’Oise, département du nord de Paris qui deviendra le premier foyer de contamination du coronavirus. Le cauchemar des deux clans est juxtaposé de manière souvent percutante aux conciliabules qui se déroulent en coulisse, dans les sphères médicale et politique.

Depuis 2013, Védécé raconte ses aventures d’étudiant en médecine dans une série intitulée Vie de Carabin (le troisième tome est paru en 2019 chez Hachette).

Pour réaliser Putain de COVID, le mystérieux personnage s’est associé à L’interne de garde, un collègue médecin ayant lui aussi choisi l’anonymat. « Nous sentions arriver la vague. On l’attendait. Et on se l’est prise de plein fouet. » Pendant 35 jours, les deux hommes, conscients de vivre un moment historique, ont tout consigné de leur quotidien hors de l’ordinaire. Le résultat n’est pas tout à fait une bande dessinée, plutôt un journal de bord illustré, une suite de comptes rendus d’une ou deux pages entrecoupés de dessins présentant les travailleurs de la santé comme des superhéros en blouse blanche.

Il s’agit d’un livre fragmentaire, bancal, pour ne pas dire troué, mais qui est en même temps rempli d’informations, alternant constamment entre les émotions fortes et les houleux débats, un ouvrage qui répond d’abord et avant tout à l’urgence de témoigner. Comme La médecin. Une infectiologue au temps du corona (Stock, 2021), une bande dessinée s’appuyant sur les notes quotidiennes de Karine Lacombe, cheffe de service à l’hôpital Saint-Antoine (Paris), Putain de COVID offre un point de vue unique sur la crise, un regard de l’intérieur d’une honnêteté admirable.

Coco le virus Le coronavirus expliqué aux enfants | ★★★★ | Paul et Marguerite, Larousse, Paris, 2020, 72 pages // Au coeur de la vague Reportage dessiné | ★★★ | Chappatte, Les Arènes, Paris, 2020, 124 pages /// Patient zéro À l’origine du coronavirus en France | ★★★★ | R. Bacqué, A. Chemin, R. Saint- Cricq et Nicoby, Glénat, Paris, 2021, 112 pages //// Putain de COVID | ★★★ ​1/2 | Védécé et L’interne de garde, Hachette, Vanves, 2020, 96 pages

À voir en vidéo