Lettres du printemps

Illustration tirée du livre «Ces grands procès qui ont changé le monde»
Illustration: Francesca Trop Editions Du Passage Illustration tirée du livre «Ces grands procès qui ont changé le monde»

Entre l’histoire de Louis Riel et celle des grands procès qui ont marqué notre civilisation, il y a ce petit Victor qui fait du troc avec les animaux du zoo, un ourson contemplatif qui vante le silence et Martin, 13 ans et orphelin, adopté par un cruel et sanguinaire pseudoscientifique. De quoi divertir.

Faire revivre l’album d’hier

Victor au zoo est un album du Néerlandais Harrie Geelen paru en 1992 dans sa version originale et édité pour une première fois en français par Albin Michel. Le texte court traduit par Emmanuèle Sandron est complété par les peintures expressives de Geelen. L’utilisation de couleurs fortes, le trait à la fois candide et assumé appuie et endosse les fantaisies de Victor offrant, au final, un véritable trésor d’histoire à hauteur d’enfant.

Muni de son cerf-volant, de sa plus belle bille, d’une vraie catapulte et de son tricycle, Victor, tout fringant, part faire une promenade au zoo. Une fois sur les lieux, il fait jasette avec l’éléphant, le cerf et le crocodile qui sont intrigués et attirés par ses objets. Sans vouloir tout donner à ces animaux avides, Victor accepte d’échanger son bien contre une trompe, des bois et une queue. La finale, absolument savoureuse et déconcertante, met en lumière toute la puissance imaginative de l’enfance, celle-ci opposée à la rationalité de l’adulte.

« Celui qui connaît l’art de vivre avec soi-même ignore l’ennui. » Cette épigraphe d’Érasme sert d’amorce à Seul avec soi, un album de Geoffrey Hayes paru d’abord en 1976 et tout juste réédité au Lièvre de mars. Traduite par Nadine Robert, l’histoire nous plonge dans les pensées d’un ourson qui raconte, sous forme de fragments illustrés, le bonheur d’écouter le silence, celui de « regarder le vent souffler sur la cime des arbres, faire voler son cerf-volant, seul etlibre », ou encore celui d’être « couché dans l’herbe épaisse, le soleil réchauffant sa fourrure ».

Offert dans des teintes de jade, chaque tableau, encadré et présenté sur un fond blanc, est accompagné d’un court texte, une phrase tout au plus, qui assure un lien identifiable avec la facture visuelle. La force de cet album tient à cet effet enveloppant, à cette douceur omniprésente tout au long de la traversée solitaire et apaisante de l’ourson.

Au-delà du simple documentaire

« Il était une fois un homme. Un homme si grand que ses ennemis voulaient le voir pendu. Il s’appelait Louis. Il était métis. » Un autre titre s’ajoute à la très pertinente collection « Mémoire d’images » aux 400 coups. Signé par André Leblanc, Louis Riel. Le pays improbable nous transporte dans ce passé lointain depuis l’arrivée des Anglais dans l’Ouest canadien jusqu’à la pendaison le 16 novembre 1885 de celui qui se sera battu pour défendre sa terre et son peuple.

Leblanc — qui signe d’ailleurs plusieurs titres de la collection — a sa façon pour nous raconter l’histoire de façon claire tout en assurant un rythme cadencé jusqu’à la fin. Les nombreuses photographies d’archives, cartes et illustrations ajoutent à la qualité de ce documentaire en permettant de saisir toute la force du personnage et de comprendre les enjeux qui ont jalonné son parcours, comme si on y était. Ce dernier titre rend hommage avec respect à un homme plus grand que nature. Fameux.

D’où viennent les règles ? Qu’est-ce qui est juste ? Des droits pour qui ? Voilà autant de grands questionnements sur lesquels se penche l’avocate et peintre Francesca Trop dans un magnifique et singulier ouvrage, un documentaire sur Ces grands procès qui ont changé le monde tout juste paru aux éditions du Passage. Depuis le péché originel d’Adam et Ève, jugés puis condamnés devant Dieu — la base même du système judiciaire — jusqu’à Cécilia la femelle chimpanzé qui sera reconnue comme ayant des droits fondamentaux, en passant par l’affaire Dreyfus et Nelson Mandela, c’est au total 24 procès qui sont présentés avec une clarté et un sens de la concision remarquable.

Autant de causes présentées depuis l’Ancien Testament jusqu’à aujourd’hui sur tous les continents qui ont permis de faire évoluer les pensées, de mettre en place des réflexions qui façonnent notre moralité. La rigueur avec laquelle l’autrice fait état de ces grands événements et la finesse de son écriture contribuent à la richesse de cet ouvrage. Comme un cadeau, chaque procès est accompagné des croquis et peintures expressionnistes de Trop, dont le style rappelle toute l’intensité de Chagall. Une œuvre d’art.

 

Un festin pour les chiens


Un festin pour les chiens
★★★ 1/2
François Gravel, La courte échelle, Montréal, 2021, 120 pages

« Tout cela a commencé quand le docteur Thomas est venu faire sa visite annuelle à l’orphelinat […] Je ne sais pas ce qui m’a pris de lui parler tandis qu’il griffonnait quelques notes dans un cahier. — Il y a quelque chose d’étrange qui m’arrive parfois, docteur… » Capable de séparer son âme de son corps, l’adolescent convoité sera conduit chez Asmodius, un homme riche et puissant qui menace ses quelques employés à l’aide de canidés dévoreurs de chair. François Gravel offre avec Un festin pour les chiens un roman noir haletant dans lequel magouilles, horreur, duperies et désir d’éternité valsent dans un décor lugubre, une atmosphère inquiétante campée quelque part au XIXe siècle. Le récit est sillonné de plusieurs photographies anciennes qui assurent, voire accentuent, l’effet dramatique souhaité. Du grand Gravel.

 

Victor au zoo | ★★★★ ​1/2 | Harrie Geelen, traduit du néerlandais par Emmanuèle Sandron, Albin Michel Jeunesse, Paris, 2021, 36 pages. 3 ans et plus. // Seul avec soi | ★★★★ | Geoffrey Hayes, traduit de l’anglais par Nadine Robert, Le lièvre de Mars, Varennes, 2021, 40 pages. 4 ans et plus. /// Louis Riel. Le pays improbable. | ★★★★ | André Leblanc, Les 400 coups, Montréal, 2021, 56 pages. 9 ans et plus. //// Ces grands procès qui ont changé le monde | ★★★★ 1/2 | Francesca Trop, Éditions du Passage, Montréal, 2021, 128 pages. 15 ans et plus.