Brûlons 2021

Photo: Pixabay

Où sommes-nous et

Où sommes-nous ?

Ferme les yeux et

Je vole

Échange mon souffle

Contre le tien

Et tu meurs

Je le sais

C’est injuste

Je me sens mal

Te souviens-tu de tes jeans bleus ?

Chaque fois que tu les portais

Tu finissais par sacrer

Ils étaient trop serrés

Ils te faisaient mal au ventre

Tu gardes ton souffle

Je garde mes problèmes

2021 est à peine commencée

Et on pense déjà à l’année prochaine

Est-ce qu’on est fou ?

Est-ce que ça va trop vite ?

Trop de réponses sont encore en suspens

Combien d’insectes y a-t-il sur Terre ?

À quelle profondeur dans l’eau peut-on vivre sans se faire chier ?

Pourquoi veut-on aller sur Mars ?

Quel plan de con

Ça me rappelle quand j’ai volé des tubes de peinture au primaire

Et que j’ai étendu ça sur le gros banc de neige dans la cour d’école

Mes salopettes de neige étaient foutues

Ma mère était en crisse

Ouvrons les fenêtres

Brisons-les

Tout est fait en porcelaine

Mettons le feu à 2021

L’année vient juste de commencer

Elle ne s’en rendra pas compte

Poussons l’année dans les escaliers

Cachons-la quelque part

Mettons-la dans le gros buffet là-bas

Personne ne s’en rendra compte

2021 nous servira d’essuie-tout

2021 nous servira à faire des vidéos niaiseuses

2022 me semble déjà plus pertinente

C’est dur de regarder le futur

Ça fait peur

On se tient par la main

On ne s’en rend pas compte

Je perds ta main même si je la tiens encore

C’est con

Comment va-t-on y arriver ?

Tu m’aimes pourquoi ?

Tu m’aimes maintenant ?

Tu m’aimes le crépuscule est miniature

C’est une version de nous-mêmes

Ça pogne à la gorge

J’ai commencé à faire de la méditation

Une autre angoisse

Une autre brume dehors

J’ouvre la fenêtre

Toute la brume entre dans le bureau

Mon bureau c’est la vieille marina avec les bateaux

Il y a des mouettes dans ma gorge

Ça fait mal

Je ne me plains pas

Il y en a une qui se promène sur ma langue en ce moment

Elle est vieille

Elle a les plumes grises

Je n’ai pas peur

Janvier c’est froid

On n’en reviendra jamais

Le soleil se couche à 16 h

Le ciel ressemble à l’image du podcast The Daily

Un dégradé de couleur pastel qui meurt

C’est le soir en cinq minutes

Si je pouvais écrire mes poèmes aussi vite

On s’enfonce là-dedans

Certains soirs ça fout la chienne

Je ne lâche pas ta main

Je te perds sans lâcher ta main

Suis la lumière

Suis le feu de camp sur le terrain vague enneigé là-bas

J’ai brûlé tes jeans

On vivra notre meilleure vie en jogging ou en jupe

Je m’en fous

Je mettrai le feu à toutes les années qui se suivent

Il y en a assez pour vivre encore longtemps

Ferme les yeux

Et je vole

Vois-tu ?

J’ai le don de tout gâcher

Vois-tu ?

Ferme les yeux

Nous sommes heureux

Ferme les yeux

Il ne fait plus froid

Ferme les yeux

Et je perds ta main

Même si je la tiens encore

Toujours

Près du même feu.