Jean Leloup. Le principe de la mygale

Si on fait une recherche croisée sur Google, disons mygale + Leloup, on aboutit, au choix, à des libraires faisant l’éloge de l’essai tout neuf de Nadia Murray ou alors au site de l’Université Laval. Où l’essai en question peut être lu dans sa version d’origine, mémoire de maîtrise en études littéraires, déposé en 2017. Le titre ne suffit pas à la version universitaire : un sous-titre, Les mutations de l’ethos dans l’œuvre de Jean Leloup (1989-2004), délimite le champ de l’étude. Laquelle, une fois publiée, malgré un fort honorable travail de mise en forme comestible, demeure un mémoire dans la langue des mémoires, sans vraiment devenir essai. Ce n’est pas inintéressant pour autant : les métamorphoses du personnage (et ses mises à mort), l’authenticité qui perce le cabotinage, dessinent un chemin plus cohérent qu’on pourrait le penser. Chaos étudié, comprend-on. Enfin, nous l’espérons : un peu de vulgarisation n’aurait pas fait de tort.

Jean Leloup. Le principe de la mygale

★★ 1/2

Nadia Murray, L’Instant même coll. « Trajectoire », Longueuil, 2020, 222 pages

À voir en vidéo