9603 kilomètres. L’odyssée de deux enfants

Photo: Éditions Futuropolis, photomontage «Le Devoir»

Afin de fuir le régime des talibans et de ne pas servir de bombes humaines dans un djihad qui ne les concerne pas, Adil et Shafi, cousins âgés de 12 et 14 ans, quittent l’Afghanistan dans l’espoir d’une vie meilleure à Londres, où réside le frère aîné de Shafi. S’inspirant de récits d’enfants migrants, Stéphane Marchetti, coréalisateur du documentaire Calais, les enfants de la jungle, dépeint avec sensibilité, une économie de détails et des dialogues qui sonnent juste l’horreur, la violence, la misère, la peur et la faim qui sont le pain quotidien de ces êtres apatrides rejetés de tous d’une frontière à l’autre. Favorisant des planches monochromes, dont les teintes changent au gré des kilomètres avalés et du degré de danger guettant les jeunes héros, Cyrille Pomès (Le printemps des Arabes, Futuropolis, 2013) illustre cette bouleversante odyssée à hauteur d’adolescents courageux — « Je suis pachtoune… j’ai peur de rien ! » — avec une sobriété et un soupçon de lyrisme qui l’honorent.

9603 kilomètres 

★★★ 1/2

Stéphane Mar-chetti et Cyrille Pomès, Futuro-polis, Paris, 2020, 128 pages