L’Association des libraires du Québec réintègre la liste de lecture de François Legault

La controverse découle de la participation, mercredi dernier, du premier ministre Legault à un épisode de «Lire en chœur», un événement Facebook Live que l’ALQ organise cinq fois par semaine depuis le début de la pandémie.
Photo: Facebook / Association des libraires du Québec La controverse découle de la participation, mercredi dernier, du premier ministre Legault à un épisode de «Lire en chœur», un événement Facebook Live que l’ALQ organise cinq fois par semaine depuis le début de la pandémie.

« Un geste malheureux et regrettable » : l’Association des libraires du Québec (ALQ) a reculé et réintégré lundi sur ses plateformes numériques une liste des suggestions de lecture de François Legault, qui avait été retirée à la suite de certaines critiques. Le premier ministre s’est dit « soulagé » de voir réparée une situation qui n’avait « pas de bon sens »… ce dont conviennent de nombreux intervenants.

Dans un communiqué publié lundi, la directrice de l’association a pris la responsabilité de cette controverse née de la participation du premier ministre à une activité de recommandations de lecture organisée par l’ALQ. « Voyant le flot de commentaires déferler la semaine dernière, j’ai pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux de l’Association », indique Katherine Fafard.

Selon le président du conseil d’administration de l’ALQ, Éric Simard, ce sont « quelques centaines de personnes » qui ont émis des critiques. « Ça a commencé petit, mais ça s’est envenimé, et l’équipe de direction a eu le sentiment de perdre le contrôle. C’est là qu’ils ont agi, pour essayer de calmer le jeu, pour faire une espèce de compromis. Il n’y a pas eu de censure, parce que la vidéo de l’intervention de M. Legault est toujours demeurée en ligne. Mais c’était un mauvais compromis. »

« Je réalise aujourd’hui qu’il s’agissait d’une erreur et je m’en excuse », a indiqué Katherine Fafard dans le texte préparé par l’ALQ et une firme de relations publiques. M. Simard y parle d’un « geste malheureux et regrettable » qui « n’est pas représentatif de l’approche de tous nos membres qui défendent quotidiennement la diversité des publications. Ce n’est aucunement dans la mentalité des librairies indépendantes de verser dans toute forme de censure ».

Les libraires joints par Le Devoir lundi disaient essentiellement la même chose. « On ne pratique pas de censure dans le monde des librairies », relève Éric Blackburn, propriétaire de la librairie Le Port de tête. « Je ne sais pas ce qui a pu se passer à l’ALQ, mais je suis certain que les gens qui ont pris cette décision doivent le regretter beaucoup, parce qu’autant que je sache, ce n’est pas dans leur esprit de faire ça. »

Bock-Côté, racisme systémique…

La controverse découle de la participation, mercredi dernier, du premier ministre Legault à un épisode de Lire en chœur, un événement Facebook Live que l’ALQ organise cinq fois par semaine depuis le début de la pandémie. Chaque invité propose une liste d’une dizaine de livres : depuis le début, quelque 150 artistes ont pu exprimer ainsi leurs coups de cœur littéraires.

Grand lecteur, M. Legault a notamment recommandé des livres des écrivains Marie Laberge, David Goudreault, Dany Laferrière et Michel Jean, mais aussi un essai du chroniqueur Mathieu Bock-Côté.

Certains ont reproché à l’association d’avoir donné la parole à un politicien. D’autres ont dénoncé le fait que M. Legault a recommandé un livre de M. Bock-Côté (connu pour ses positions tranchées sur la laïcité, notamment). Et finalement, la seule présence à Lire en chœur d’un homme qui ne reconnaît pas le racisme systémique a aussi suscité des commentaires. C’est l’ensemble de ces récriminations qui a incité Mme Fafard et son équipe à retirer une partie des publications.

Censure ?

Le geste a été perçu comme une forme de censure par certains, notamment par Mathieu Bock-Côté. Dans un message publié sur Facebook, le premier ministre a lui-même évoqué la nécessité de « dénoncer la censure ».

« La lecture nous transporte vers des points de vue qui sont parfois loin des nôtres, mais qui nous enrichissent toujours. Ça me rend triste de savoir que des gens au Québec voudraient nous enlever ça. » M. Legault ajoutait qu’on « ne peut pas accepter qu’une poignée de militants radicaux piétinent notre liberté d’expression pour défendre leurs diktats ».

Au-delà de cela, le premier ministre s’est dit « soulagé de voir que l’ALQ a finalement reculé ». Cette page tournée, il a émis le souhait que personne ne « pénalise nos libraires indépendants qui n’ont rien à voir avec cette histoire ». 

Ça a commencé petit, mais ça s’est envenimé

C’était d’ailleurs la grande crainte d’Éric Simard, lundi. « C’est pour ça qu’on [a été] en gestion de crise » toute la journée, dit celui qui est aussi copropriétaire de la Librairie du Square. Sur les réseaux sociaux, avant que l’ALQ n’annonce son changement de position, certains suggéraient en effet de boycotter les libraires indépendantes en forme de représailles.

Mauvaise gestion de crise

Spécialiste de la gestion de crise, Mylène Forget estime que l’ALQ a « fait un mea culpa sincère » après un faux pas qui découlait selon elle d’une bonne intention.

« En ce moment, il y a tellement d’activistes sur les médias sociaux, il y a des pensées minoritaires qui ont énormément de retentissement. Et ça devient difficile pour un gestionnaire de savoir quand admettre une erreur et retirer du contenu, ou quand c’est approprié de persévérer. Évaluer le véritable risque n’est pas facile. »

Et il n’y a pas de manuel d’instruction précis pour cela, ajoute Mme Forget. « Chaque cas est un cas d’espèce. Mais ici, avec deux personnalités publiques de premier plan, qui ont de grosses tribunes, c’était évident » qu’il y aurait des remous après la décision initiale, dit-elle.

Pour le professeur de littérature à l’Université Laval Jonathan Livernois, toute l’histoire découle en effet d’une « crise mal gérée de l’intérieur ». « Ça me laisse perplexe parce qu’on a donné des munitions à des gens qui, comme M. Bock-Côté, voient partout des nouveaux censeurs ou des inquisiteurs qui mettraient des choses à l’index. C’était très malhabile. »

Avec Catherine Lalonde, François Lévesque et Manon Dumais

 

À voir en vidéo

21 commentaires
  • Pierre Gaudette - Inscrite 1 décembre 2020 02 h 50

    Directrice de l'ALQ 'ignarante' de sa langue française

    La directrice de l'Association des libraires du Québec 'ignare' sa propre langue française en disant 'JE M'EXCUSE' et/ou 'JE M'EN EXCUSE' On ne peut pas s'excuser soi-même, c'est prétentieux et impoli, l'expression juste est 'Excusez-moi'. Elle ment aussi en prétextant n'avoir jamais eu l'intention de censurer Legault. Elle l'a fait après l'avoir invité. Est-il nécessaire qu'elle conserve cet emploi ?

  • Alain Bouchez - Inscrit 1 décembre 2020 05 h 28

    censure ...

    C'est quand même inquiétant qu'une association de libraires encourage la censure sous la pression de quelques militants extrémistes... Si les librairies ne sont plus des espaces de liberté intellectuelle, aussi bien retourner à l'ère soviétique: la différence sera que ce ne serait plus l'État qui censurerait mais le tout venant extrémiste! bienvenue dans le Mccarthysme bis...

  • Yvon Montoya - Inscrit 1 décembre 2020 06 h 20

    Cette affaire dont l'immaturité intellectuelle semble évident est d’un grand ridicule. C’est assez rare que nous apprenions qu’un politicien lit des essais ou tout simplement de la littérature. Sarkozy nous avait fait le coup de «  l’intellectuel » lequel considérait “La princesse de Clèves” inutile. Concernant MBC, c’est bien de le lire et de le connaître ( je le dis pour vous puisque hier vous disiez dans votre video ne pas pouvoir en dire quelque chose puisque vous ne l’aviez jamais lu. Pour un chroniqueur politique cela fait bizarre d’autant plus que la pensée neo-conservatrice est à la mode actuellement) mais il y faudrait des antidotes puissants voire un vaccin, je veux parler de celui de Marc Fortier ( que vous avez cité hier dans votre video) pour son magnifique « Mélancolies identitaires : Une année à lire Mathieu Bock-Côté« et en complément on proposera un autre esai lui tout chaud que j’ai lu avec intérêt des sa sortie, je veux parler de l’excellent essai de l'historien Jean-Pierre Le Glaunec qui lui s’occupe du cas du neo-conservateur Christian Rioux et qui a pour titre “ L‘arme blanche” ou on y lit une magistrale demonstration du comment et du pourquoi ces nouveaux ideologues manipulent l’histoire à des fins purement ideologico-politiques. Pour la dite “ censure”, il faut enlever ce jouet pour adulte du bac à sable. Merci.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 1 décembre 2020 08 h 47

      Comme vous avez raison M. Montoya, l'immaturité intellectuelle démontre trop souvent l'évidence du ridicule.

    • Brian Monast - Abonné 1 décembre 2020 08 h 53

      Épatant ! Quelle belle danse du sabre vous nous offrez là, Monsieur Montoya !

  • Raynald Rouette - Abonné 1 décembre 2020 07 h 49

    Qui a peur de Mathieu Bock-Côté?


    Vraiment, il dérange beaucoup l'establishment autant politique que médiatique.

    Un boycott semblable à celui infligé à Pierre Bourgault à l'époque où le Québec se portait beaucoup mieux qu'aujourd'hui...

    • Raynald Rouette - Abonné 1 décembre 2020 12 h 57


      À bien y penser, Mathieu Bock-Côté semble être un parfait exemple de censure systémique...

      Pourrait-on l'inviter à présenter sa thèse à TLMP ce prochain dimanche? Cela serait des plus qu'intéressant, histoire d'équilibrer peut-être un peu en toute justice les choses...

    • Raynald Rouette - Abonné 2 décembre 2020 08 h 21


      Et ça recommence, une litanie de complaintes... En 2018 c'était Robert Lepage qui était visé, aujourd'hui, Mathieu Bock-Côté et autres francophones de talents.

      Bientôt, les francophones du Québec ne seront plus chez-eux, chez-eux...

      Dans une de ses chroniques Joseph Facal semble avoir bien cerné le problème, il y en a qui veulent des jobs alors qu'il n'y en a pas pour tout le monde dans le domaine culturel que ce soit dans le théâtre ou l'écriture. Il faut se réorienter lorsque nous n'avons pas le talent pour percer. Pour en finir avec l'hypocrisie...

  • Louise Collette - Abonnée 1 décembre 2020 08 h 03

    Ben

    Ben coudonc, on retourne à l'époque de la mise à l'index...ça rappelle des souvenirs.

    • Jacques Bordeleau - Abonné 1 décembre 2020 09 h 27

      Retour de l'obscurantisme idéologique dans certains campus, retour de la censure des auteurs et lecteurs qui ne suivent pas la ligne de pensée autorisée, les deviationistes, retour du prosélytisme religieux incarné par l'islamisme conquérant. Autant d'assauts contre les progrès humains hérités des Lumières, dans un combat global pour confisquer les avancées et les avantages, quoi que bien imparfaits, qu'on convoite tout en affichant de les mépriser. Retour des apparatchiks de la Nomenklatura.

      Jacques Bordeleau