«Rougarou»: l’art de raconter

L'écrivaine Cherie Dimaline
Photo: DR L'écrivaine Cherie Dimaline

Il est plutôt rare, lorsqu’on atteint l’âge adulte, de goûter au pur ravissement et à l’excitation que provoque la rencontre avec une nouvelle histoire, avec un conte qui, comme Le Petit Chaperon rouge ou Hansel et Gretel, fait appel à ce qu’il y a de plus fondamentalement humain à l’intérieur de chacun d’entre nous : nos peurs, nos rêves, nos démons.

C’est toutefois ce que permet l’écrivaine métisse Cherie Dimaline qui, après l’immense succès de son roman pour adolescents Les pilleurs de rêves (2017), est de retour avec Rougarou, un suspense psychologique et fantastique haletant.

S’adressant cette fois aux adultes, l’autrice, originaire de la baie Georgienne, en Ontario, n’a rien perdu de son doigté, maniant avec un souffle hors du commun l’art qu’est celui de raconter une histoire. Portée par les récits de son enfance, elle revisite la figure mythique du rougarou, figure mi-homme mi-loup qui pourchasse les jeunes filles trop téméraires et les hommes déloyaux, et qui hante l’imaginaire métis depuis des générations.

On y fait la rencontre de Joan, une femme accablée par la disparition de son mari, Victor. Après leur première dispute, le soir où il a suggéré de vendre à des promoteurs la terre ancestrale qu’elle a héritée de son père, il s’est tout simplement envolé.

Un soir, après une fête trop arrosée, elle tombe par hasard sur une tente d’évangélisation dressée au milieu d’un stationnement, aux abords du village métis d’Arcand où elle habite. Devant des dizaines de fidèles qui boivent ses paroles, un révérend ressemblant en tous points à Victor fait un sermon. Or, ce dernier affirme ne pas reconnaître Joan et n’avoir jamais été marié. Amnésie ou mensonge ?

Bien déterminée à déterrer la vérité, Joan se mettra en tête de rappeler à cet inconnu qui il est vraiment. Aidée de ses deux complices, un adolescent accro à Johnny Cash et une vieille et sage Métisse qui maîtrise la médecine des plantes, elle découvrira que derrière les paroles bienveillantes de la congrégation se cache un projet d’expropriation qui menace encore une fois sa communauté. Et que le rougarou de son enfance n’a en fait peut-être rien d’une légende.

Beaucoup plus qu’une histoire de monstre, Rougarou porte une vérité allant bien au-delà du mysticisme propre au réalisme magique ou de l’absurdité des légendes urbaines. Ancré dans une mémoire bien tangible, le roman prend ses sources dans les racines des arbres, le nectar des fleurs et l’amour d’une communauté, tenue à bout de bras par une transmission essentielle à une survie et à une affirmation de soi constamment menacées par l’Histoire.

En partie grâce à Joan — une héroïne comme il s’en fait peu, tangible, passionnée et passionnelle, assumée, délicieusement vulgaire et farouchement indépendante —, le roman entraîne le lecteur vers l’univers abstrait des contes, sans jamais perdre de vue son fil conducteur : celui d’une femme amoureuse, déterminée à se battre pour les siens, celui d’une femme abattue par le deuil et hantée par un démon trop familier.

Cherie Dimaline offre un récit étoffé et viscéral, à la fois épique et familier, moderne et intemporel. Passionnant.

 

Extrait de «Rougarou»

« Chercher la personne qu’on a perdue, c’est mourir de froid une quantité infinie de fois. Tu es exsangue, obsédée, engourdie au bord de la panique et du vide. Tes doigts te servent uniquement à creuser, tes jambes à te faire avancer sur tes pieds couverts d’ampoules.
Tu cherches.
Tu cherches.
Tu cherches.
[…] Tu retiens ton souffle en apercevant des traces et tu les suis. Les signes les plus ténus t’innervent et tout s’embrase. Tu es une fièvre qui court dans les bois.
Mais un lacet cassé n’est qu’un lacet cassé et rien de plus. Un indice n’est pas un indice. Rien qu’une barrette égarée, un inconnu qui cuve son vin, un préservatif usagé.
Et ton sang se retire comme une marée rouge et tes doigts se resserrent sur une autre tasse de café imbuvable. Ils se posent sur un coeur brisé que retiennent avec indifférence des côtes inadéquates.
Tu cherches encore. »

Rougarou

★★★ 1/2

Cherie Dimaline, traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Gagné, Boréal, Montréal, 2020, 384 pages