L’automne en kalachnikov

Photo: Pixabay

Journée de miel ô oui

Un bain d’automne

Une source isolée

Tout y brille

Une vraie fête

Je trouve une télé 65 pouces usagée à vendre

À l’autre bout de la ville

Mon cousin vient m’aider avec sa petite voiture

Il la surnomme Baby Yoda

La voiture crie chaque fois qu’il tourne le volant

De la rouille sur quatre roues

De la rouille patchée aux feuilles d’automne

Un flambeau qui fait ses stops

Deux voyous au soleil

Sur le trottoir

On ne marche pas

On lévite un peu

Les seuls à être libres un jour de la semaine

En plein milieu de l’après-midi

Encore en joggings

Nos tatouages de prison

et mon vieux chandail d’Iron Maiden

Deux samouraïs déshonorés

Il y a les attentes

Il y a la réalité

Le trou dans mon jogging

Le trou sur ma jambe droite

La télé entre dedans

La télé dépasse du coffre

Le coffre ne ferme pas

Le vent fait lever et descendre la porte du coffre

Je tiens le téléviseur à bout de bras

On passe par les petites rues

Mon cousin connaît un bon chemin

On passe devant un poste de police

On rit

Les deux samouraïs déshonorés

Les deux samouraïs qui n’ont pas de job

Nous sommes tous les deux la mouche sur la tête de Mike Pence

Engraissés au baloney et aux petits pois verts sur l’avenue du Cellier

La porte du coffre qui nous a fermé sur la tête à huit ans

La porte du coffre qui tape sur le téléviseur

Je pense à tous les examens de maths que j’ai ratés

Je ne sais pas pourquoi je pense à l’algèbre en ce moment

Je ne sais pas pourquoi c’est dur de tenir une télé dans le vent

Je ne me souviens de rien

Toutes les notes que j’ai prises

et qui n’ont servi à rien

Les atomes

Les molécules

Le cours de géographie

Je ne sais pas où je suis

J’ai dépassé le poste de police

Je n’ai rien retenu

Tout ce chemin parcouru pour tenir une télé à bout de bras

Nous sommes tous les deux des poissons dans un aquarium

Toujours à manger la même chose

Toujours à dire les mêmes choses

Toujours l’eau sale

Chaque matin

Ma blonde regarde dans l’aquarium

pour voir si je bouge encore au fond de l’eau

Je vois de la lumière dans le trou de mon jogging

Quelqu’un a allumé la lampe du salon

Quelqu’un est mort

Quelqu’un est heureux

Le rire niaiseux de mon cousin

Il crie :

Lâche pas

Il crie :

Check la couleur tomber

en pointant les feuilles se détacher des arbres

Il y a quelque chose dans l’automne

Il faut vivre chaque fois

Chaque rayon de lumière comme une tape dans le dos

Une autre fête

La kalachnikov tatouée sur le ventre mon cousin

Le flasher qu’il ne met pas

et qu’il n’a jamais mis

Le flambeau éteint en face de mon appart

Tous les deux dans la rue

On contemple la télé

Le sourire fendu jusqu’aux oreilles de mon cousin

Trop fier de m’avoir aidé

Il dit :

C’est pas tous les jours que je vois un poète

en entourant son bras autour de ma nuque

Le tigre tatoué sur son crâne rasé

On ne marche pas

On lévite un peu.