Cancaner Canadian T.

Photo: Christine Sponchia / Pixabay

Au parc-nature de la Pointe-aux-Prairies

Je fais la file

pour voir les canards dans l’étang

Le parc s’est transformé en IKEA

Je n’écoute plus les nouvelles

J’apprends que Trump a développé la COVID bien trop tard

J’ai hâte à l’Halloween

Je mets toujours le même costume

Celui de César

J’ai perdu tous les accessoires

La couronne de laurier et la cape rouge

Je ressemble plus à un fou en robe blanche

Maintenant c’est tout ce qu’on voit

Un fou en robe blanche près de l’étang à canards

Ma sœur m’a apporté un cadeau de la Nouvelle-Zélande

Une casquette en corduroy

avec écrit dessus : Bunnings Warehouse

Sur Internet j’apprends

que c’est une quincaillerie

Je n’ai jamais tenu un marteau

ou peut-être une fois

quand j’ai essayé

d’ouvrir le pot de betteraves de ma mère

Cette année

Je vis comme si c’était la dernière année

Je vide mon CELI

Je magasine un lave-vaisselle

Je n’ai plus qu’une seule ambition

Ne plus jamais laver une seule assiette sale

pour le restant de mes jours

C’est toujours comme ça

Quand il fait beau

Je suis en dedans

Quand je sors

Il pleut

Il faut déjà rentrer

Avec moi

C’est toujours l’heure de rentrer

Mon père dit :

C’est l’automne

C’est comme ça

Je n’ai que deux ombres

La première est intelligente

Et la seconde est très conne

C’est toujours la seconde

Qui me suit

Qui parle pour moi

Qui perd mon portefeuille dans le stationnement

Qui oublie de fermer les ronds de la cuisinière

Qui dort au gaz

Qui va au Canadian Tire

Qui demande des conseils à un ado de 16 ans

Un employé qui ressemble au chanteur de Simple Plan

Un employé qui ne porte pas bien son masque

Un gamin qui n’en a rien à foutre de mes problèmes

De mes inquiétudes concernant les taches de café sur mon divan

De la shampouineuse qu’il me conseille d’acheter

De la shampouineuse qui me coûte 150 $

et qui n’enlève aucune tache

De la shampouineuse

qui coule partout

par toutes les craques du moteur

Du produit nettoyant qui longe mes jambes

C’est toujours la seconde

Qui ment à la conseillère en prêt hypothécaire

Qui fait semblant de savoir ce qu’est un revenu d’entreprise

Qui comprend à partir de ce moment-là

Qu’on est pauvre

Qu’on n’aura jamais de maison

Qu’on n’aura pas le choix

de vivre dans notre lave-vaisselle

C’est toujours la seconde

Qui prie pour ne pas mourir tout de suite

Qui prie pour profiter de chaque moment

Chaque lumière

Chaque rire

Chaque beigne à l’érable

Chaque appel de ma famille

Chaque fois que je vois leurs visages

Chaque fois que mon père dit une niaiserie

Chaque fois qu’on se dit bye

C’est toujours comme ça

Je fais la file

Je sors de la file

Je me baigne en robe dans l’étang

Je cache les taches de café avec des coussins

Je suis patient

J’attends après le souper

C’est toujours après le souper

que j’entends les canards

parler sous le divan.