«Les villes de papier» de Dominique Fortier en lice pour le prix Renaudot

L’autrice québécoise Dominique Fortier
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir L’autrice québécoise Dominique Fortier

Le jury du Renaudot a dévoilé mardi sa première sélection de romans et d’essais pour le prix littéraire qui sera décerné le 10 novembre. Parmi les vingt titres en lice, on retrouve dans la catégorie « essais » l’œuvre de l’autrice québécoise Dominique Fortier, Les villes de papier (Grasset).

« Je suis sous le choc ! C’est une surprise totale, je ne m’y attendais pas. Je suis très, très heureuse ! », s’est exclamée Dominique Fortier en entrevue avec Le Devoir. L’autrice a appris la nouvelle par hasard mardi en étant identifiée dans la publication sur Facebook d’une connaissance qui la félicitait. « J’étais persuadée que c’était une erreur. Je suis allée vérifier tellement je n’y croyais pas », poursuit-elle.

Dans son sixième livre, publié en 2018 chez Alto, Dominique Fortier raconte la vie et l’œuvre de la poète américaine Emily Dickinson (1830-1886). Peu connue à son époque, cette dernière est désormais considérée comme l’une des plus grandes écrivaines américaines du XIXe siècle.

L’ouvrage mélange fiction et récit de soi, l’autrice se laissant aller à imaginer la vie de la poète si énigmatique tout en racontant sa propre installation dans une vieille maison au bord de la mer en Nouvelle-Angleterre. Elle offre ainsi aux lecteurs le portrait qu’elle se fait de cette grande dame tout en invitant à la réflexion sur les lieux qu’on habite.

Dominique Fortier a déjà reçu des prix pour d’autres romans. Son tout premier Du bon usage des étoiles, a reçu le prix Gens de mer du festival Étonnants voyageurs de Saint-Malo. En 2016, son roman Au péril de la mer a été couronné par le Prix littéraire du Gouverneur général. En 2019, Les villes de papier (Alto) s’était retrouvé parmi les cinq finalistes du 16e Prix littéraire des collégiens.

La maison d’édition Alto s’est également réjouie de la nouvelle mardi, soulignant tout le travail abattu pour que les auteurs québécois soient davantage connus sur le marché du livre français déjà « très complet en termes d’offres et d’éditeurs ». « C’est la preuve que la littérature québécoise fait partie de la littérature francophone et que notre littérature est d’une aussi belle qualité que la littérature française », soutient Tania Massault, responsable des droits aux Éditions Alto.

Dans la liste des sélectionnés pour le prix Renaudot, neuf titres ont été écrits par des hommes, cinq par des femmes. On retrouve entre autres Marie-Hélène Lafon pour son roman Histoire du fils (Buchet-Chastel), Véronique Olmi avec Les évasions particulières (Albin Michel), ou encore Serge Joncour pour son livre Nature humaine (Flammarion)

.

Contre toute attente, le livre d’Emmanuel Carrère, Yoga, qui a beaucoup fait parler de lui dans la dernière année n’a pas été sélectionné par le jury, présidé par Georges-Olivier Châteaureynaud.

Le Renaudot doit être décerné le 10 novembre prochain. Il est prévu de respecter la tradition et que l’attribution se déroule au restaurant Drouant, à Paris, même en temps de pandémie.

Les auteurs et oeuvres en lice

Catégorie Romans : 
– Mohammed Aissaoui, Les funambules (Gallimard)
– Camille Brunel, Les métamorphoses (Alma)
– Jean-Paul Enthoven, Ce qui plaisait à Blanche (Grasset)
– Irène Frain, Un crime sans importance (Seuil)
– Serge Joncour, Nature humaine (Flammarion)
– Marie-Hélène Lafon, Histoire du fils (Buchet-Chastel)
– Hervé Le Tellier, L’anomalie (Gallimard)
– Diane Mazloum, Une piscine dans le désert (JC Lattès)
– Étienne de Montety, La grande épreuve (Stock)
– Véronique Olmi, Les évasions particulières (Albin Michel)
– Anthony Palou, La faucille d’or (Rocher)
– Patricia Reznikov, Amrita (Flammarion)
– Jean Rolin, Le pont de Bezons (POL)
– Jean-René Van der Plaetsen, Le métier de mourir (Grasset)

Catégorie Essais :
– Adrien Absolu, Les disparus du Joola (JC Lattès)
– Olivier Betourne, La vie comme un livre (Fayard)
– Dominique Fortier, Les villes de papier (Grasset)
– Cécile Guilbert, Roue libre (Flammarion)
– David Le Bailly, L’autre Rimbaud (L’Iconoclaste)
– Frédéric Pajak, Avec Pessoa (Noir et blanc)