​1964-2020: l’écrivain espagnol Carlos Ruiz Zafón s’éteint prématurément

<p>L’écrivain espagnol a été rendu célèbre mondialement par son roman «L’ombre du vent».</p>
Photo: Pau Barrena Archives Agence France-Presse

L’écrivain espagnol a été rendu célèbre mondialement par son roman «L’ombre du vent».

L’écrivain Carlos Ruiz Zafón est mort vendredi à 55 ans après être devenu l’un des auteurs espagnols les plus reconnus grâce notamment à son roman L’ombre du vent, un succès mondial d’édition. « L’écrivain Carlos Ruiz Zafón est décédé aujourd’hui, 19 juin 2020, à 55 ans, dans sa résidence de Los Angeles, États-Unis, d’un cancer », a indiqué son éditeur, Planeta, dans un communiqué. « L’un des meilleurs romanciers contemporains nous a quittés, mais il restera très vivant parmi nous à travers ses livres », ajoute l’éditeur.

Avec des millions d’exemplaires vendus dans le monde, L’ombre du vent, publié en 2001, contient l’essence de l’univers de Zafon : mystère, romantisme, intrigue labyrinthique, éléments fantastiques et, par-dessus tout, ode aux livres et à la littérature. Ce roman à succès est le premier tome de la tétralogie du Cimetière des livres oubliés, bibliothèque secrète et magique autour de laquelle tourne cette saga achevée en 2016 avec Le labyrinthe des esprits, deux ans avant que ne soit diagnostiqué le cancer de l’auteur.

Dans son communiqué, la maison d’édition Planeta cite une phrase du père de Daniel Sempere, personnage principal de L’ombre du vent : « Chaque livre, chaque tome que tu vois, a une âme. L’âme de celui qui l’a écrit, et l’âme de ceux qui l’ont lu et ont vécu et ont rêvé avec lui. »

Dans ce roman à suspense qui se déroule à Barcelone après la Guerre d’Epagne (1936-1939), le jeune Daniel Sempere tente de percer le mystère entourant l’écrivain Julian Carax. Le livre sera traduit dans une cinquantaine de langues et vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde.

« Un roman plein de splendeur et de pièges secrets où les intrigues contiennent des sous-intrigues. Dans les mains de Zafón, chaque scènesemble sortie de l’un des premiers films d’Orson Welles », décrivait le maître américain du suspense Stephen King, cité dans le communiqué de Planeta, y voyant « un authentique roman gothique ».

Sollicité à de nombreuses reprises pour adapter ses œuvres à l’écran, Carlos Ruiz Zafón s’y était toujours refusé. « Pour moi, ces livres sont un hommage à la littérature, à la parole écrite. Les adapter au cinéma ou à la télévision serait une trahison », avait-il expliqué lors de la présentation du Labyrinthe des esprits en 2016.

Né à Barcelone en 1964, Carlos Ruiz Zafón, éduqué dans une institution religieuse et diplômé en communication, avait d’abord fait carrière dans la publicité avant de publier son premier roman à presque 30 ans, Le prince de la brume, et de s’installer aux États-Unis au début des années 1990. Se consacrant d’abord à la littérature jeunesse, il publie en 1998 Marina, dont la lecture fut obligatoire pendant des années dans les écoles espagnoles. Carlos Ruiz Zafón a remporté de nombreux prix nationaux comme internationaux.

« L’un des auteurs espagnols les plus lus et admirés dans le monde nous a quittés. Carlos Ruiz Zafón, romancier de référence de notre époque, laisse une grande empreinte sur la littérature actuelle », a tweeté le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez. L’hommage à l’écrivain « sera aussi discret que le fut sa vie », précise Planeta dans son communiqué.

À voir en vidéo