À trois secondes de Paris

Photo: iStock

Hier

Je me suis acheté une plante tropicale chez Botanix

Et je l’aime autant que mon filleul

Est-ce que c’est mal ?

Près de chez nous

Le fleuve commence à geler

C’est beau à voir

Les berges ressemblent
à des ampoules

De la poussière d’ampoules

Des ampoules brisées

Des ampoules que je suis capable d’allumer le matin

Parce que l’interrupteur du fleuve est dans mon salon

Des fois je shake les lumières du fleuve

Des fois je me trouve drôle

Est-ce que c’est mal ?

Les vieux bonshommes à la retraite

N’ont pas encore installé leurs cabanes en bois

La pêche sur glace est tardive

Ils doivent s’ennuyer

Ça me rend triste

Je suis fragile

Je suis une boîte d’ampoules en paquet de deux

Est-ce que c’est mal ?

Le mois de février

Me fait toujours penser

Au Festival Feu et Glace
à Repentigny

J’ai travaillé là-bas pendant sept ans

Je devais remplir des cruches d’eau

Faire des allers-retours

pour remplir les machines à café des commerces

Je n’allais jamais assez vite

Réhel, t’es où ?

Y a pu d’eau, Réhel !

Elle est où l’eau, Réhel ?

Je ne répondais jamais au walkie-talkie

Je ne réponds toujours pas

Est-ce que c’est mal ?

Hier

J’ai refusé une autre invitation

Celle-là, c’était pour le festival de poésie à Berlin :

We would be thrilled to have you on board !

We can offer a honorarium of 1.000 EUR

for the participation in the project

And we cover travel costs

and can provide a hotel in Berlin

Je m’excuse, Karolina

Je suis une boîte d’ampoules en paquet de deux

J’ai fait la même chose

Quand le Festival de poésie de Montréal

m’a invité en Suisse

Jean-Paul Daoust m’en parle encore :

Réhel, t’étais où ?

Je lui dis toujours :

J’avais perdu mon walkie-talkie

Je le cherche encore

Est-ce que c’est mal ?

Je n’aime pas voyager

Je suis trop anxieux

Un pissou qui a la chienne de traverser la rue

Toujours mal au pied

Toujours des crampes au ventre

Je n’ai pas envie d’avoir l’air malade dans l’avion

Je n’ai pas le choix

de porter un masque d’oxygène à cause de l’altitude

Je n’ai pas envie de faire peur à tous les passagers

Il faudrait que je donne un walkie-talkie

à chaque passager pour leur dire :

Ne t’inquiète pas

Je suis pas malade

J’ai une plante tropicale chez nous

Est-ce que c’est mal ?

Hier

Google Maps Timeline m’a envoyé le bilan

de tous mes déplacements par courriel

Si quelqu’un tombe là-dessus

Il pourrait croire
que j’ai été séquestré

Ou que j’ai passé la dernière année en prison

Un prisonnier qui shake les lumières du fleuve

Le soir

Je marche au bout
de la rue Saint-Jean-Baptiste

Qui mène aux raffineries
de Pointe-aux-Trembles

Aux raffineries

Il y a tellement de lumières

On dirait des walkies-talkies

Des centaines de walkies-talkies allumés

Des lumières qui ne shakent pas

Des lumières qui ne grichent pas

Aux raffineries

Si on cligne des yeux pendant trois secondes

On se croirait ailleurs

Aux raffineries

Si on cligne des yeux assez vite pendant trois secondes

On se croirait à Paris

À trois secondes de Paris.